/news/transports
Navigation

Des nouveautés pour le retour du Salon du véhicule électrique

La vente de ce type de voiture connaît un engouement sans précédent au Québec

Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec, François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie du Canada, et Robert Poëti, président-directeur général de la Corporation des concessionnaires automobiles du Québec, au lancement du Salon du véhicule électrique de Québec, vendredi, au Centre de foires.
Photo Diane Tremblay Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec, François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie du Canada, et Robert Poëti, président-directeur général de la Corporation des concessionnaires automobiles du Québec, au lancement du Salon du véhicule électrique de Québec, vendredi, au Centre de foires.

Coup d'oeil sur cet article

La deuxième édition du Salon du véhicule électrique de Québec, présentée jusqu’à dimanche au Centre de foires, est de retour en présentiel alors que les ventes de ce type de véhicule sont de plus en plus importantes chaque année dans la province. 

Parmi les nouveautés présentées, il y a notamment la Hyundai IONIQ 5, la Porsche Taycan 4 et le VUS chinois Imperium SEV.

Le véhicule électrique chinois Imperium SEV sera bientôt vendu au Québec.
Photo Didier Debusschère
Le véhicule électrique chinois Imperium SEV sera bientôt vendu au Québec.

Après une pause forcée l’an dernier en raison de la crise sanitaire, les concessionnaires et les consommateurs peuvent maintenant se retrouver sous un même toit. 

En 2019, plus de 8000 visiteurs avaient franchi les tourniquets du Salon du véhicule électrique de Québec.

Selon les dernières statistiques, il y avait, en août dernier, 117 802 véhicules électriques (VÉ) sur nos routes. 

« C’est une progression exponentielle », note Frédéric Saint-Laurent, directeur régional de Laval pour l’Association des véhicules électriques du Québec.

En 2030, l’objectif est de 1,5 million de VÉ au Québec, ce qui représentera près de 25 % du parc automobile.

« Le Québec fait bonne figure et on veut continuer. À l’échelle canadienne, presque la moitié des véhicules électriques sont vendus au Québec », a affirmé Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles. 

La Hyundai IONIQ 5 est placée en évidence au Salon du véhicule électrique de Québec.
Photo Didier Debusschère
La Hyundai IONIQ 5 est placée en évidence au Salon du véhicule électrique de Québec.

Cibles atteignables

Les gouvernements se sont fixé des cibles ambitieuses, mais qui sont atteignables, selon les experts consultés lors du Salon.

« En 2035, les véhicules qui seront vendus au Canada devront être à zéro émission. Par conséquent, les gouvernements ont aussi un rôle pour favoriser l’adoption de ce type de véhicule là », a poursuivi François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie du Canada. 

« Soyons ambitieux. On a tout pour l’être. On a les ressources. On a le savoir-faire. On a l’énergie qui va nous permettre de nous propulser dans un mode de transport plus vert. Faisons de la mobilité à zéro émission une réalité chez nous le plus rapidement possible », a ajouté M. Champagne.

La Polestar 2, produite par une nouvelle marque associée à Volvo, sera vendue à partir de 69 900 $.
Photo Didier Debusschère
La Polestar 2, produite par une nouvelle marque associée à Volvo, sera vendue à partir de 69 900 $.

Se prendre à l'avance

Pour les futurs « électromobilistes », mieux vaut planifier la transition pour éviter les délais de livraison lors de l’achat.

Sur place, les visiteurs pourront s’informer, essayer et comparer les différents types de VÉ. 

« On est super privilégiés cette année, avec une quinzaine de manufacturiers qui sont présents », a dit Charles Drouin, chef de la direction de la Corporation Mobilis.

Pour visiter le Salon, ce sont les mêmes règles que celles des centres commerciaux qui s’appliquent. Les visiteurs n’ont pas à présenter leur passeport vaccinal, mais le port du masque est obligatoire en tout temps.