/news/currentevents
Navigation

L'homme abattu à Sainte-Adèle était un petit criminel de carrière

L'homme abattu à Sainte-Adèle était un petit criminel de carrière
Pascal Girard/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’homme de 44 ans qui aurait été abattu par un policier alors qu’il commettait une entrée par effraction dans une résidence de Saint-Adèle, jeudi soir, était un petit criminel de carrière connu des autorités dans les Laurentides.

• À lire aussi: Sainte-Adèle: le BEI enquête sur la mort d’un homme de 44 ans

Le Bureau des enquêtes indépendantes tente de déterminer les circonstances dans lesquelles Bruno Frigault a perdu la vie, en fin de soirée, jeudi.

Vers 21h50, des policiers de la Sûreté du Québec (SQ) ont été appelés à intervenir après qu’une alarme de sécurité eut été déclenchée dans une maison de la rue Lesage. Selon le voisinage, il s’agit de la résidence secondaire du propriétaire.

L'homme abattu à Sainte-Adèle était un petit criminel de carrière
Pascal Girard/AGENCE QMI

Sur place, les patrouilleurs seraient tombés nez à nez avec Frigault, qui était selon toute vraisemblance en train de commettre une entrée par effraction dans le but de commettre un vol. Il se trouvait alors à l’intérieur de la maison.

Dans un sac

Les agents de la SQ auraient tenté de parler à cet homme connu des autorités, sans succès. Puis, celui-ci aurait mis la main dans son sac à dos afin d’y saisir un objet.

L'homme abattu à Sainte-Adèle était un petit criminel de carrière
Pascal Girard/AGENCE QMI

Un des policiers aurait alors utilisé un pistolet à impulsion électrique pour le maîtriser. Comme il n’a pas été neutralisé, le criminel se serait empressé de sortir une arme à feu du sac.

Avant qu’il ne puisse se servir de son arme, Frigault aurait été atteint par balle au moins une fois par ce même policier, qui aurait réagi lui aussi en dégainant son pistolet. Deux coups de feu au total auraient été tirés.

Puis, le quadragénaire a été conduit à l’hôpital, où il a succombé à ses blessures.

D’autres invasions

De leur côté, les enquêteurs du BEI ont passé une partie de la journée de vendredi à passer la scène au peigne fin.

Selon nos informations, cet évènement pourrait possiblement être relié à une série d’entrées par effraction et de vols qui sont survenus récemment à Prévost, à une quinzaine de kilomètres de là.

Les autorités devront aussi établir comment Frigault, qui résidait à Saint-Jérôme, a pu se rendre sur la rue Lesage, étant donné qu’aucune voiture ni aucun moyen de transport n’a été trouvé dans les environs et qu’il n’en possédait pas.

L’arme qu’il portait sur lui au moment de se faire tirer sera également analysée en laboratoire afin qu'on sache si c’était une arme véritable et si elle était fonctionnelle. Celle-ci pourrait avoir été volée lors des récents larcins commis à proximité, nous dit-on.

En 2010, l’homme qui avait une liste de plus de 100 dossiers criminels à son actif avait notamment été arrêté pour une série de fraudes par carte de crédit volée, à Saint-Jérôme. 

Il avait d’ailleurs plusieurs antécédents en semblables matières.

- Avec Christian Plouffe