/investigations/politics
Navigation

PCU: fraudée pour 6000$ à seulement 17 ans

GEN - MÉLANIE CARON ET GABRIELLE SIRIGNANO
Photo Martin Alarie Mélanie Caron et sa fille Gabrielle Sirignano ont passé des heures innombrables au téléphone et ont même dû manquer du travail pour essayer de régler le problème concernant la PCU.

Coup d'oeil sur cet article

Des fraudeurs ont fait une fausse déclaration de revenus au nom d’une adolescente de 17 ans afin de réclamer 6000$ de PCU.

• À lire aussi: La fuite chez Desjardins a profité aux fraudeurs de la PCU

• À lire aussi: «Facile» et «payant», voici le modus operandi des fraudeurs de la PCU

Au printemps dernier, Gabrielle Sirignano devait produire une déclaration de revenus pour la première fois de sa vie après avoir décroché un emploi.

Or, le comptable s’est buté à un problème majeur. Il était incapable de se connecter au compte de Gabrielle. Tout avait été modifié.

«On m’a dit que l’adresse n’était pas la même. C’était l’adresse d’un centre d’achat à Laval», signale la mère de Gabrielle, Mélanie Caron.

Les vérifications auprès de l'Agence du revenu du Canada ont démontré que des fraudeurs avaient utilisé le compte de Gabrielle pour tout modifier et même y faire une fausse déclaration de revenus pour l’année 2018. Or, Gabrielle n’avait pas gagné un sou cette année-là. 

Fraude PCU en chiffres
23 842* signalements au Centre antifraude du Canada entre le 6 mars 2020 et le 30 juin 2021
Attention
7,6 M$ Pertes financières attribuables estimées
22 800 rapports officiellement ouverts
quebec
Près de 40% de tous ces dossiers au Québec
* Ce chiffre inclut les fraudes par hameçonnage et textos

 

  • Écoutez l'entrevue de Paul Laurier au micro de Geneviève Pettersen sur QUB Radio:  

6000$ de PCU

En avril, Gabrielle est devenue admissible à la PCU. Cependant, des fraudeurs l’avaient déjà réclamée et reçue. «Quelqu’un a eu 6000$», indique sa mère. Gabrielle a dû prouver la fraude avant de recevoir sa PCU. 

La jeune femme admet être inquiète pour son avenir financier, ne sachant pas si son identité sera à nouveau volée.

«Ça m’a stressée un peu de réaliser qu’on peut avoir autant d’informations aussi facilement. La fraude, ça prend deux minutes. Comment ont-ils trouvé le numéro d’assurance sociale?», dit-elle.

Une seule institution détenait les données de Gabrielle, mentionne Mme Caron. «On avait eu la lettre signalant que ses informations avaient fuité avec Desjardins. C’est possiblement ça.»