/news/coronavirus
Navigation

Les députés n’auront pas à montrer leur passeport vaccinal à l’Assemblée nationale

GEN-STOCKQMI
PHOTO D'ARCHIVES

Coup d'oeil sur cet article

Même si le gouvernement juge que les députés doivent montrer l’exemple, il n’a pas cru bon de les obliger à présenter leur passeport vaccinal pour entrer à l’Assemblée nationale contrairement aux autres travailleurs de la colline parlementaire.

La Coalition Avenir Québec (CAQ) et le Parti libéral du Québec ont voté en faveur de cette mesure mise en place par règlement la semaine dernière au Bureau de l’Assemblée nationale (BAN), sorte de conseil d’administration des parlementaires.

Les employés politiques et administratifs de l’Assemblée nationale et ses visiteurs devront donc présenter leur passeport vaccinal pour y entrer à compter du 21 octobre prochain, sous peine d’être suspendus sans solde et même congédiés.

Or, le règlement ne s’applique pas aux 125 députés, a confirmé l’Assemblée nationale puisqu’ils avaient tous déjà déclaré avoir reçu leurs deux doses.

En toute sécurité

Pourtant, le ministre de la Santé, Christian Dubé, prêchait encore jeudi dernier, le jour même de l’adoption du règlement, pour qu’ils fassent preuve d’exemplarité. «Il y a assez de gens au Québec qui se sont forcés depuis un an et demi là, je ne vois pas pourquoi les parlementaires ne feraient pas l’effort de donner l’exemple aux Québécois», avait-il soutenu en conférence de presse.

La CAQ s’est défendue lundi en rappelant que tous les députés avaient déclaré être vaccinés.

«La décision du BAN vise à éviter tout risque d’éclosion et permettre aux travaux parlementaires de se poursuivent en toute sécurité», a précisé l’attaché de presse du whip du gouvernement, Marc Danis.

Du côté du Parti québécois (PQ) et de Québec solidaire (QS), qui se sont tous deux opposé à l’adoption de ce règlement, on dénonce un «deux poids deux mesures».

«Ce n’est pas cohérent pour deux sous. Tout cela aurait pu être évité si le gouvernement avait accepté de suivre les recommandations de la santé publique qui ne recommande pas le passeport [vaccinal] à l’Assemblée nationale», commente la whip de Québec solidaire, Ruba Ghazal.

«C’est très ironique. Après avoir vendu que le passeport à l’Assemblée sera imposé par devoir d’exemplarité des députés, le règlement déposé ne s’appliquera même pas à ceux-ci», souligne une porte-parole du PQ, Laura Chouinard-Thuly.

Menace de contestation

Moins d’une semaine après l’adoption du règlement, le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) affirme qu’il le contestera si jamais l’Assemblée nationale venait à l’appliquer en suspendant ou en congédiant un de ses membres.

Le SPGQ représente 195 professionnels qui travaillent au parlement, dont des secrétaires de commissions, politologues, économistes, sociologues, bibliothécaires, conseillers en communication, traducteurs et réalisateurs notamment.

Sa présidente, Line Lamarre, dénonce elle aussi un double standard. «Le personnel de la santé, qui compose pourtant avec une clientèle vulnérable, ne fait face qu’à une suspension en cas de vaccination non adéquate. C’est complètement surréaliste!», souligne-t-elle.

La syndicaliste rappelle les propos tenus par le ministre du Travail, Jean Boulet, en juillet dernier, à savoir qu’un employeur pourrait forcer le télétravail pour ses employés non vaccinés, mais qu’il ne peut les forcer à se faire inoculer en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres