/opinion/columnists
Navigation

Pourquoi les complots fascinent autant

<strong>John F. Kennedy</strong><br><em>Président américain assassiné</em>
Photo d'archives, AFP John F. Kennedy
Président américain assassiné

Coup d'oeil sur cet article

Je vais vous citer deux œuvres portant sur l’assassinat de John F. Kennedy.

Le film JFK, d’Oliver Stone, avec Kevin Costner, sorti en 1991.

Et le livre Reclaiming History : The Assassination of President John F. Kennedy, de Vincent Bugliosi, publié en 2007.

Patof impliqué ?

Je parie mille dollars que vous connaissez le film de Stone et n’avez jamais entendu parler du livre de Bugliosi. 

Normal.

Le premier affirme que le président américain a été victime d’un vaste complot impliquant la CIA, le FBI, le vice-président Lyndon B. Johnson, la mafia italienne, un groupe d’exilés cubains d’extrême droite ainsi que de nombreux corps policiers (et, qui sait, peut-être votre tante et le Capitaine Bonhomme). 

  •  Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau à partir de 9 minutes sur QUB radio :

Alors que le second affirme que Kennedy a été tué par Lee Harvey Oswald seul. 

Face au film de Stone, le bouquin de Bugliosi (une brique de 1612 pages qui est le résultat d’une enquête approfondie s’étendant sur plusieurs années) ne fait pas le poids.

Que voulez-vous, la thèse de Stone (un ramassis de mensonges, de rumeurs non fondées et de demi-vérités) est tellement plus spectaculaire ! 

Un complot !

Impliquant des politiciens pourris ! Des policiers corrompus ! Des Cubains débauchés ! Des gangsters pervers ! Et un vice-président vénal ! 

Une bande de méchants qui travaillaient dans l’ombre afin de renverser un « héros » !

C’est tellement croustillant ! Intrigant ! Sensationnel !

Et ça confirme ce que plusieurs personnes pensent. À savoir que le « système » est pourri de haut en bas.

Contrairement à Oliver Stone, un personnage haut en couleur qui adore se mettre à l’avant-plan et se présenter comme un preux chevalier qui combat courageusement les forces du Mal, Vincent Bugliosi (qui est décédé en 2015) était un procureur discret, pour ne pas dire fade.

C’est lui qui a réussi à faire condamner Charles Manson en 1971. 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Un travail de moine

Toute sa vie, Bugliosi a été fasciné par l’affaire Kennedy.

Il a lu tout ce qui s’est écrit sur le sujet, dont les 27 volumes du fameux rapport Warren (qui défendait la thèse du tireur solitaire) et le rapport du Comité restreint de la Chambre sur les assassinats (qui affirmait que Kennedy avait été victime d’une conspiration). 

Pendant des années, il a fait un véritable travail de moine, épluchant chaque rapport, analysant chaque élément de preuve, comparant les milliers de témoignages...

Son livre, qui lui a pris 20 ans à compléter et qui pèse sept livres, contient plus de 10 000 citations.  

Pour lui, il n’y a aucun doute, Oswald a agi seul. 

Mais le célèbre film Zapruder, qui donne l’impression que Kennedy a été tué par une balle tirée par une personne située devant lui ? 

« Quand on examine chaque image, on voit que la tête de Kennedy penche par en avant lors du premier impact. »

Et la théorie de la « balle magique », qui allègue qu’une balle ne pouvait à la fois toucher Kennedy et le gouverneur John Connally ? 

« Connally n’était pas assis directement devant Kennedy, mais de biais, vers sa gauche. Une balle traversant le corps de Kennedy ne pouvait que toucher Connally... »

Plus spectaculaire

Mais la majorité des gens préfèrent croire les théories conspirationnistes. 

C’est tellement plus épatant, renversant !