/opinion/columnists
Navigation

Le mouvement woke n'a aucun pouvoir. Vraiment?

Concept of freedom of speech and information, stop censorship. Hand holding an open pen. It is dragged down by another hand. Black and white subject with a yellow background
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez vu le dernier tour de magie des adeptes de la gauche radicale ?

Ils ont fait disparaître la menace woke !

Comme ça, pouf ! d’un coup de baguette.

Le mouvement woke n’a jamais été dangereux !

Il n’a jamais menacé la liberté d’expression !

Tout ça est une invention de l’extrême droite !

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

UN MOUVEMENT « BIENVEILLANT »

Les profs harcelés ? Les conférenciers intimidés ? Les livres brûlés ? 

Les bibliothèques épurées ? Les enseignants persécutés ? Les œuvres d’art censurées ?

Les projets refusés, car ne répondant pas aux nouveaux critères d’acceptabilité sociale tels que définis par les grands prêtres de l’Église woke ?

Rien de tout ça n’est vrai !

Une fabrication de certains chroniqueurs « sensationnalistes »...

En fait, les woke sont des p’tits minous dégriffés. Des scouts. Qui veulent notre bien à tous. 

Oh, bien sûr, certains jeunes tiennent parfois un discours extrémiste ! Mais qui n’a pas été extrémiste dans sa jeunesse, hein ?

C’est le propre de la jeunesse d’être intransigeant !

Mais, dans le fond, le mouvement woke est bienveillant, pacifique, inoffensif. 

Et, surtout, il n’a aucun pouvoir. 

SOURDS, MUETS, AVEUGLES

On lit les textes de ces apologistes du mouvement woke, et on se pince.

Ils vivent où, ces gens ?

Certainement pas sur la même planète que nous ! 

C’est bien beau, essayer de défendre ton camp, mais il y a une limite !

Ou ces gens ont tellement bu de Kool-Aid qu’ils ont fini par perdre la vue et l’ouïe, ou ils font preuve d’une indécrottable mauvaise foi. 

Des exemples de l’intolérance woke, on peut en sortir des centaines ! On en trouve tous les jours dans les journaux ! Même dans La Presse ! Même dans Le Devoir !

Pourquoi le gouvernement a mis sur pied une commission sur la liberté académique, selon vous ? Pour le plaisir ?

Dire que le mouvement woke n’a aucun pouvoir est ahurissant.

N’importe quel artiste un tant soit peu honnête vous le dira : le mouvement woke est confortablement installé dans les principales institutions culturelles du pays ! 

Il est chez lui à l’ONF, à Télé-Québec, à Radio-Canada, dans les organismes subventionnaires, les musées nationaux, les universités...

Le Devoir est son Prions en l’Église, et La Presse, son feuillet paroissial. 

L’ART, ARME DE RÉÉDUCATION MASSIVE

Plus moyen, maintenant, d’aller voir une expo sans qu’on nous fasse la morale sur la grossophobie de Picasso, le racisme de Gauguin ou le colonialisme de Rembrandt. 

Les entreprises spécialisées dans les « formations de sensibilisation » à telle ou telle problématique à la mode font des affaires d’or, tant dans le privé que dans le public. 

La liste des mots et des ouvrages que les professeurs ne peuvent prononcer ou citer ne cesse de s’allonger. 

Idem pour la liste des cases que les producteurs doivent cocher pour voir leur projet accepté.

Et vous dites que la religion woke n’a pas de pouvoir ?  

Cibole ! Vous n’en menez pas assez large à votre goût ?

Vous aimeriez avoir davantage de contrôle sur nos institutions ?

Ce n’est pas suffisant de saloper la réputation et la carrière d’enseignants, de journalistes, d’artistes ?

Qu’est-ce que vous aimeriez de plus ? 

Organiser des cérémonies publiques d’expiation des fautes ? 

Ressusciter l’Index, excommunier les pécheurs du haut de votre chaire, ramener le défilé du Pardon ?