/news/politics
Navigation

Le NPD réclame la tête de la ministre des Relations Couronne-Autochtones

Carolyn Bennett
Photo d'Archives Agence QMI Carolyn Bennett

Coup d'oeil sur cet article

Le NPD réclame la destitution de la ministre Carolyn Bennett, à la tête du ministère des Relations Couronne-Autochtones depuis août 2017. Le parti en a fait un élément important dans son plan de réconciliation qu’il a présenté au gouvernement mardi. 

• À lire aussi: Voyage à Tofino : un geste «irrespectueux», selon Blanchet

• À lire aussi: Justin Trudeau de retour de son voyage controversé

La ministre Bennett, qui a piloté les dossiers judiciaires qui mettaient en différend les communautés autochtones et le gouvernement fédéral, ne devrait même plus avoir de siège au cabinet, selon le député néodémocrate, Charlie Angus.

«Afin de démontrer que le gouvernement est sérieux dans son intention d’entamer une nouvelle étape, le premier ministre doit s’assurer que Carolyn Bennet ne soit plus au cabinet, car c’est sous sa responsabilité que le gouvernement a dépensé des millions pour dissimuler les abus subis [au pensionnat de] Sainte-Anne», a déclaré M. Angus en point de presse mardi.

Le pensionnat de St. Anne, dans le nord de l’Ontario, est réputé comme ayant été l’un des endroits où la maltraitance envers les enfants autochtones était particulièrement effroyable.

Depuis de nombreuses années, le Canada a été engagé dans diverses querelles judiciaires concernant les droits des autochtones, et plus particulièrement des enfants autochtones, avec de gros montants en compensation en jeu.

Dans le dossier des victimes de Sainte-Anne, la «CBC» révélait l’année dernière que le gouvernement avait dépensé 3,2 millions $ en frais judiciaires depuis 2013 plutôt que d’en arriver à un accord négocié de gré à gré avec les victimes.

Ce dossier épineux se trouvait dans les mains de la ministre Carolyn Bennett dans les dernières années.

Afin d’aller de l’avant avec la réconciliation, le NPD insiste pour que le gouvernement fédéral mette un terme aux bras de fer judiciaires avec les communautés autochtones du pays, non seulement dans le dossier de Sainte-Anne, mais dans tous les dossiers relevant du ministère des Relations Couronne-Autochtones.

La semaine dernière, la Cour fédérale a rejeté la demande du gouvernement de réviser l’ordonnance du Tribunal des droits de la personne, qui forçait le gouvernement à payer de 40 000 $ aux autochtones retirés de leur famille et intégrés dans le système de protection de la famille après 2006.

«Maintenant qu’il est de retour de la plage, l’une des premières décisions que le premier ministre doit prendre est d’accepter ou non la décision et de finalement négocier pour trouver une solution», a lancé le député néodémocrate.

Le plan du NPD pour la réconciliation inclut aussi de forcer l’Église catholique à rendre des comptes non seulement au niveau monétaire, mais aussi afin qu’il collabore avec les autorités et les communautés autochtones pour fournir tous les documents portant sur la gestion des pensionnats.