/news/health
Navigation

Paramédics dans les urgences: pas une solution pour la Côte-Nord

Coup d'oeil sur cet article

L’arrivée des paramédics en renfort dans les urgences du Québec, comme annoncé lundi par Québec, ne réglera pas le problème de main-d’œuvre dans les hôpitaux sur la Côte-Nord, croient les syndicats.

• À lire aussi: Les ambulanciers pourront prêter main-forte dans les urgences

Une première expérience sera effectuée en Montérégie, une région qui dispose de suffisamment de paramédics pour les envoyer dans les urgences sans mettre en danger leur mission première.

Ce n’est cependant pas le cas sur Côte-Nord, où il manque notamment le tiers des effectifs à Baie-Comeau, à Forestville et aux Escoumins.

La Fédération des employés du préhospitalier du Québec salue la valorisation du métier par le ministère, mais croit qu’il faudrait d’abord régler le problème de pénurie de main-d’œuvre ambulancière.

Le syndicat pense même qu’amener des techniciens ambulanciers dans les hôpitaux pourrait avoir un effet pervers à long terme pour les régions éloignées. Les jeunes diplômés pourraient être attirés vers les grands centres où leur pratique serait davantage diversifiée, craint-il.

La CSN représente les paramédics de Port-Cartier, de Sept-Îles, de Blanc-Sablon et de Manic-5. D’ailleurs, à la fin de l’été, les paramédics de Port-Cartier dénonçaient le fait d’avoir dû effectuer des périodes de garde directement au centre de santé et d’avoir fait du triage sans avoir été consultés, pour pallier le manque d’infirmières.

La CSN attend maintenant les négociations pour renouveler leur convention collective pour ajouter ce nouvel élément dans leur discussion.