/entertainment/stage
Navigation

Premier Acte: un Renversé à l’ananas réussi

Renversé à l'ananas
Photo courtoisie, David Mendoza-Hélaine La comédienne Véronique Aubut offre une performance remarquable dans le rôle d’une grand-mère atteinte d’Alzheimer.

Coup d'oeil sur cet article

Renversé à l’ananas raconte, à travers les mille et une épreuves de la vie, les hauts et les bas d’une famille. La pièce plonge avec délicatesse et efficacité dans le quotidien de cinq femmes confrontées à des moments d’adversité.

• À lire aussi - Rentrée culturelle: 20 pièces de théâtre intrigantes

Margot, la matriarche de la famille, est atteinte d’Alzheimer. Elle a complètement oublié sa recette d’un classique familial, le renversé à l’ananas.

Ses deux filles, Mado et Maryse, et ses petites-filles, Charlotte et Violette, se sont donné comme mission de l’aider à retrouver cette recette écrite sur une feuille lignée égarée.

L’auteure, Catherine Côté, a choisi avec cette pièce de s’intéresser à la place des femmes dans le monde d’aujourd’hui. Et elle le fait à travers trois générations. 

Elle aborde les conflits générationnels, les relations mère-fille, le #MeToo et les gestes déplacés et inacceptables ainsi que les décisions difficiles qui doivent être prises lorsqu’un parent se retrouve en perte d’autonomie. 

À l’affiche jusqu’à dimanche, à Premier Acte, la création de la compagnie Mon père est mort n’est pas un spectacle pamphlétaire ni dénonciateur. Pas du tout. Tout se déploie habilement à travers une série de vignettes de vie et de petits sauts dans le temps. C’est amusant, léger et divertissant. C’est aussi dramatique et bouleversant par moments. 

On y croit

La force de cette création, mise en scène par l’auteure, repose sur une distribution de qualité. Véronique Aubut, Valérie Boutin, Sylvie Cantin, Linda Laplante et Nathalie Séguin sont excellentes. Elles ont l’air d’une vraie famille et on y croit. Elles représentent un clan tissé serré et elles s’aiment, malgré les moments parfois difficiles. Et cet amour, on le sent.

Criante de vérité, Véronique Aubut offre une grande performance dans le rôle de la grand-mère Margot. 

Renversé à l’ananas se déroule dans une cuisine. Les références culinaires sont nombreuses avec les Ricardo, Stefano, Sœur Angèle, le livre La cuisine raisonnée, Un souper presque parfait et l’émission Les Chefs. C’est très rythmé et il n’y a pas de temps morts.

À la fin de la pièce, une odeur irrésistible de renversé à l’ananas flotte dans la salle. La recette est réussie à la perfection et cette pièce lance de superbe façon la saison 2021-2022 de Premier Acte. 

À VOIR AUSSI