/news/politics
Navigation

Un panneau contre le 3e lien le long d'une autoroute

Les automobilistes qui circulent sur l'autoroute Dufferin-Montmorency peuvent y voir depuis cette semaine un énorme panneau d'affichage anti-troisième lien.
Courtoisie Les automobilistes qui circulent sur l'autoroute Dufferin-Montmorency peuvent y voir depuis cette semaine un énorme panneau d'affichage anti-troisième lien.

Coup d'oeil sur cet article

La Coalition contre le troisième lien a mené un coup d’éclat cette semaine en installant un énorme panneau pour faire passer son message le long d’une autoroute de Québec.

• À lire aussi: L’audace de Bruno Marchand

• À lire aussi: Troisième lien: un projet écologique, selon les deux candidats à la mairie de Lévis

Le geste a été posé par la Coalition nationale Non au troisième lien, un regroupement de plusieurs organisations environnementales et citoyennes qui militent contre l’implantation du mégaprojet.

Le panneau d’affichage dit : « 10 milliards pour plus de trafic ici ? » La coalition martèle la thèse maintes fois démontrée scientifiquement que l’ajout de routes augmente la congestion, un phénomène appelé « demande induite ».

50 000 véhicules

« Selon les chiffres du gouvernement, chiffres dont personne n’a pu vérifier la provenance ou la véracité, ce sont potentiellement 50 000 véhicules qui pourraient circuler dans cette infrastructure à son ouverture. Ces dizaines de milliers de véhicules viendront forcément s’ajouter aux axes routiers du centre-ville de Québec qui y seront connectés, alors que la circulation y est déjà difficile. Notre action vise à faire comprendre cela en posant une question toute simple : est-ce réellement une bonne idée de payer 10 milliards $ pour ajouter davantage de véhicules à Québec ? », a signalé par voie de communiqué Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables, qui est membre de la coalition.

Cette dernière dénonce par ailleurs le lancement récent de l’étude environnementale du projet, « alors que ni l’étude des besoins ni l’étude d’opportunité n’ont encore été dévoilées ». Cela revient à « mettre la charrue devant les bœufs », a réagi Sarah V. Doyon, directrice générale de Trajectoire Québec.

À VOIR AUSSI...