/news/coronavirus
Navigation

Voici 12 scientifiques devenus stars pendant la pandémie

Le Journal dresse le portrait de ces médecins et chercheurs qui font partie de notre quotidien depuis 18 mois

Voici 12 scientifiques devenus stars pendant la pandémie
Infographie Le Journal

Coup d'oeil sur cet article

Chaque jour depuis un an et demi, des scientifiques commentent, vulgarisent et racontent la période historique que nous vivons. Sortis de leurs labos ou de leurs hôpitaux, ils ont été projetés à l’avant-scène, mais nous les connaissons encore peu. Qui sont ces nouvelles vedettes de la pandémie?

Caroline Quach-Thanh, Roxane Borgès Da Silva, Mathieu Simon, Gaston De Serres, François Marquis, Diane Lamarre, pour ne nommer que ceux-là. Ces noms, peu connus du grand public avant mars 2020, font aujourd’hui partie de notre quotidien.

Les nouvelles vedettes
de la pandémie

Ces scientifiques sont un peu les rock stars de la pandémie. Journaux, radio, télé, web, ils sont là, chaque jour, pour mieux nous faire comprendre le mal qui nous afflige collectivement. Ils sont devenus les propagateurs de l’information juste entourant la COVID-19.

Souvent, ils se sont même fait arrêter dans la rue par des passants qui désiraient saluer leur travail ou leur demander conseil. Ces remerciements font chaud au cœur.

«J’ai eu des témoignages de gens qui m’arrêtent dans la rue pour me dire que je les ai convaincus de se faire vacciner», rapporte l’intensiviste Mathieu Simon, preuve que la présence de ces scientifiques à l’écran joue un rôle concret.

Des parcours inspirants

Nous vous présentons le portrait de douze des experts qui prennent part au débat public et qui partagent avec nous les connaissances qu’ils cumulent depuis des années.

Comment sont-ils devenus médecins? Qui a allumé la flamme de cette passion pour la science? Vous apprendrez notamment que :        

  • Alain Vadeboncœur aurait bien pu devenir mathématicien plutôt que médecin ;        
  • C’est une enseignante de chimie qui a allumé la flamme scientifique de Caroline Quach-Thanh au secondaire ;        
  • Alain Lamarre a contribué pendant cinq ans aux travaux d’un prix Nobel de médecine en Suisse ;        
  • C’est une découverte sur un virus végétal qui a fait bifurquer Denis Leclerc de l’agronomie à l’immunologie ;        
  • François Marquis a fait le choix de devenir médecin au bord d’une piscine alors qu’il était sauveteur.                

Si les parcours sont tous uniques, le point commun unissant ces gens s’est toutefois révélé durant les 18 derniers mois. Ils ont appris à faire partie du débat public au quotidien et à partager leurs connaissances. 

«Ma contribution à la crise»

Diane Lamarre, par exemple, donnait cinq entrevues par jour sur les ondes de TVA et de LCN. Roxane Borgès Da Silva en est à 860 citations médias depuis le début de la crise, et Caroline Quach-Thanh à plus de 1000. Ces gens l’ont fait pour que le public comprenne les enjeux complexes de cette pandémie.

«C’est ma contribution à la crise, encore plus que ma recherche, je crois, de réussir à vulgariser les choses», affirme le virologue Alain Lamarre, pour qui ce lien était primordial. «Dans le contexte, c’était important que les gens comprennent.»

L’importance d’investir

Ce pourrait maintenant être au tour de la science de bénéficier de cette attention importante. S’il y a un aspect positif à trouver à la crise, peut-être est-il dans le fait que les gouvernements n’ont jamais été aussi sensibles à l’importance du rôle des chercheurs et des médecins dans notre vie.

«Si le gouvernement ne comprend pas aujourd’hui l’importance d’investir, je ne sais pas ce que ça prendra», lance le chercheur Denis Leclerc, qui, comme ses collègues, espère qu’un financement stable sera au rendez-vous (à lire ici).

- Avec la collaboration de Mathieu-Robert Sauvé

À voir aussi  

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres