/weekend
Navigation

Salomé Leclerc: accessible, mais en brouillant les cartes

Salomé Leclerc
Photo Chantal Poirier Salomé Leclerc

Coup d'oeil sur cet article

Dans la pochette de son nouvel album, Salomé Leclerc remercie son coréalisateur, Louis-Jean Cormier, de lui « avoir montré comment faire un album sans mourir à chaque jour ».

T’es si intense que ça, Salomé ? À l’autre bout du cellulaire, l’auteure-compositrice-interprète de 35 ans rigole.

« C’est pas si pire, tempère-t-elle. Il m’a surtout montré à dédramatiser les choses, à ne pas se casser la tête », dit-elle de celui avec qui elle forme un duo de choc sur son nouveau bébé, Mille ouvrages mon cœur.

C’est que Salomé Leclerc est une perfectionniste, toujours en train de douter. « Ça se peut que je complique les choses pour rien. C’est dans ma personnalité », reconnaît-elle.

Besoin de fucker quelque chose

Ça se sent dans sa musique. Sur ses trois premiers albums, on a découvert que ce refus de la facilité, cette constante remise en question de son travail, se traduisait par des chansons pop-rock aux structures complexes.

Le format traditionnel couplet-refrain-couplet, très peu pour elle.

« C’est là depuis longtemps et j’ai l’impression que ça va toujours être comme ça. C’est mon style. Je ne suis pas capable de faire une chanson accessible avec le même beat d’un bout à l’autre. Il arrive toujours un moment où je vais aller fucker quelque chose. Par exemple, dans Où on s’est trouvé, ça change de tempo. Je me souviens que je la trouvais plate et je me demandais comment la changer, alors j’ai modifié un morceau de la structure. J’aime aller brouiller les cartes. »

S’ouvrir

Ça ne l’empêche pas de considérer que Mille ouvrages mon cœur est son album le plus accessible à ce jour.

Il est vrai que Salomé Leclerc y tend, sur quelques titres du moins, vers des formes chansonnières plus classiques. Selon ses standards, bien sûr.

Des exemples ? La très prenante Avant les éclats, qui porte la signature de Louis-Jean Cormier avec sa lente montée dramatique, en est un. 

Sublimée par les cordes des Mommies on the Run, présentes à quelques reprises sur l’album, et une finale radioheadienne, Tes voyages est une splendide ballade où les émotions sont à fleur de peau.

La chanson d’amour de l’album, Juste toi pour moi, évite aussi les brusques déviations pour garder toute l’attention sur les confidences intimes de Salomé Leclerc.

« Plus ça va, plus j’aime me présenter comme je suis. Plus je m’ouvre aussi. Ce disque a un côté plus accessible que les autres et j’haïs pas ça. Est-ce un tournant et je m’en vais vers ça ? »

Probablement vers un équilibre entre mélodies simples et compliquées, puisqu’elle semble tenir aux unes et aux autres.

Dans l’ombre

Chose certaine, des chansons plus accessibles, ça ne nuirait pas à sa notoriété. Respectée par ses pairs, aimée des mélomanes, Salomé Leclerc peine à conquérir un plus large public.

Probablement parce que ce plus large public est tenu dans l’ignorance. Les ondes des radios commerciales et les grands plateaux de télé lui sont largement refusés. L’ADISQ ne lui a jamais décerné le moindre Félix d’importance.

C’en est presque scandaleux.

Frustrée, Salomé Leclerc ?

« Non, bien que ça ne me dérangerait pas que mes chansons soient davantage diffusées ou qu’on m’invite à certaines émissions de télé. En même temps, je ne me considère pas à l’extrême gauche, alors des fois je ne comprends pas trop », dit-elle en riant.

En fait, elle est plutôt du genre à faire contre mauvaise fortune, bon cœur.

« Je ne suis pas trop dans la jalousie. Je considère que j’ai ce qu’il faut que j’aie et j’apprécie beaucoup, peut-être même plus qu’avant, tout ce qui m’arrive et tout ce que je reçois. Encore dans deux semaines, je vais aller en Europe faire de la promo. Je trouve que j’ai beaucoup de reconnaissance. » 


  • Mille ouvrages mon cœur est présentement disponible. 
  • La tournée de Salomé Leclerc s’amorcera en novembre. Pour toutes les dates actuellement annoncées : www.salomeleclerc.com.