/sports/football
Navigation

Des entraîneurs sur la sellette

FBN-SPO-LAS-VEGAS-RAIDERS-V-PITTSBURGH-STEELERS
Photo AFP L’entraîneur-chef des Raiders Jon Gruden se retrouve dans de mauvais draps à la suite de propos déplacés concernant le directeur de l’Association des joueurs de la NFL, DeMaurice Smith.

Coup d'oeil sur cet article

Après Urban Meyer, qui s’est mis dans une situation embarrassante, voilà que de vieux courriels font très mal paraître Jon Gruden. Les propos dégradants qu’il a tenus, même s’ils datent de dix ans, pourraient coûter cher à l’entraîneur-chef des Raiders.

En 2011, lorsqu’il était à l’emploi du réseau ESPN comme analyste, Gruden, dans un échange de courriels avec un haut dirigeant de l’équipe de Washington, s’en est pris au directeur de l’Association des joueurs de la NFL DeMaurice Smith.

Gruden l’a appelé « Dumborris » et a indiqué qu’il avait des « lèvres de la taille de pneus Michelin ».

Aujourd’hui à la barre des Raiders, il se défend d’avoir tenu des propos racistes et mentionne qu’il s’est simplement mal exprimé sur le coup de la colère.

Il a ajouté qu’il a toujours utilisé le terme « lèvres en caoutchouc » pour référer à un menteur.

Mesures disciplinaires ?

Or, peu importe l’intention qui motivait son message à l’époque, le résultat ne peut être que dégradant et condamnable. 

D’ailleurs, la NFL s’est dite choquée par ce message « contraire à ses valeurs de respect et d’inclusion ». Le propriétaire des Raiders, Mark Davis, a aussi mentionné qu’il était très perturbé. Reste à voir si la ligue ou Davis en resteront là où s’ils séviront de manière concrète. 

La question est complexe, puisque la NFL s’est dotée d’un code de conduite, mais celui-ci n’inclut rien en ce qui concerne des propos considérés comme racistes dans un tel échange. 

Par ailleurs, Gruden n’était pas à l’emploi des Raiders ni de la ligue lorsqu’il a utilisé ces mots regrettables. Est-ce que la NFL pourrait sévir sous prétexte qu’il était à l’emploi de l’un de ses partenaires de diffusion ? Ça reste à voir.

Si en fin de compte personne ne tape sur les doigts de Gruden, il sera intrigant de voir si sa relation avec son patron sera entachée.

Le fondateur des Raiders, le défunt Al Davis, avait ses défauts, mais il est encore considéré à ce jour comme un grand pionnier de l’inclusion et de la lutte contre les injustices raciales. 

Davis avait notamment embauché Art Shell, premier entraîneur-chef noir dans l’ère moderne de la NFL. Il avait auparavant donné le poste d’entraîneur-chef à Tom Flores, premier candidat issu des minorités. 

Cet homme intransigeant doit aujourd’hui se retourner dans sa tombe et fiston y pense sans doute.

Des entraîneurs en danger

En plus de Gruden, il est permis de se demander si les frasques d’Urban Meyer le conduiront à une sortie expéditive à Jacksonville. Des rumeurs laissent croire qu’il aurait déjà perdu son vestiaire.

Ailleurs dans la ligue, d’autres entraîneurs pourraient être en danger, pour des raisons de performance plutôt que morales.

Qu’il s’agisse de Matt Nagy (Bears), Mike Zimmer (Vikings), Joe Judge (Giants) ou même Brian Flores (Dolphins), il faudra vite que leur équipe retrouve le droit chemin.

C’est tout le contraire avec Gruden, qui semble enfin avoir relancé les Raiders sur la voie du succès. Ça ne l’empêchera certainement pas d’avoir toute une tempête à traverser.

5 points à surveiller

1. Retour à Londres

Aujourd’hui et la semaine prochaine, c’est le retour de la NFL à Londres, après l’absence de l’an passé en raison de la COVID-19. Ces matchs matinaux (9 h 30) ont de quoi nous faire sympathiser avec les Londoniens. Cette semaine, les Jets se frottent aux Falcons, tandis que dimanche prochain, les Jaguars et les Dolphins en viendront aux prises. La fiche combinée de ces quatre équipes est de 3-13. 


2. Autre retour pour Gordon

On ne compte plus le nombre de fois que l’énigmatique receveur Josh Gordon est de retour de suspension, mais aujourd’hui, il verra de l’action dans la NFL pour la première fois depuis la semaine 15, en 2019, avec les Seahawks. Le talentueux, mais troublé, receveur se retrouve cette fois au sein de l’attaque prolifique des Chiefs et Andy Reid a confirmé qu’il serait en uniforme face aux Bills. En souhaitant que cette autre opportunité soit la bonne.


3. Une série noire

Les Jaguars n’en finissent plus de s’embourber. La semaine dernière, ils ont encaissé une 19e défaite de suite, égalant ainsi la triste marque des Lions de 2007 à 2009 et des Raiders de 1961 à 1962. S’ils perdent leur duel face aux Titans, ils deviendront la troisième équipe de l’histoire avec au moins 20 revers de suite, après les Buccaneers de 1976 à 1977 (26 défaites) et les Cardinals de 1942 à 1945 (29 défaites).


4. Équipes surprenantes

Actuellement, 12 équipes comptent au moins trois victoires à leurs quatre premiers matchs. Ce qui est étonnant, c’est que sept de ces équipes n’étaient pas des dernières séries éliminatoires, soit les Cardinals, Panthers, Bengals, Cowboys, Broncos, Raiders et Chargers. Il faudra voir lesquelles sauront maintenir la cadence.


5. La séquence des Ravens

La semaine dernière, les Ravens ont prolongé à 43 leur séquence de matchs avec au moins 100 verges au sol. S’ils font de même demain soir face aux Colts, leur séquence sera portée à 44 et deviendra du même coup un record. Les Steelers partagent cette marque avec leurs ennemis jurés, eux qui avaient connu leurs années de gloire par la course de 1974 à 1977.