/news/provincial
Navigation

Rousseau entend doubler le cyclisme utilitaire

Rousseau entend doubler le cyclisme utilitaire
Photo Dominique Lelièvre

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, se donne pour cible de doubler le nombre de citoyens qui utilisent le vélo pour aller travailler.

À l’heure actuelle, on estime que 125 000 personnes à Québec sont des cyclistes «utilitaires», c’est-à-dire qu’ils vont au boulot en vélo, que ce soit de manière occasionnelle ou quotidienne, a détaillé Jean Rousseau, lundi.

Le candidat à la mairie a dit vouloir doubler ce nombre d’ici les quatre prochaines années. «Cela signifiera moins d’automobiles sur nos routes et moins de pollution.»

Dans une ville hivernale de près de 550 000 habitants, cela voudrait dire que près d’un résident sur deux utiliserait au moins occasionnellement le vélo de façon utilitaire.

«Oui, c’est une cible ambitieuse, mais c’est une cible qui est réalisable si on se donne les aménagements et les moyens de le faire», a-t-il fait valoir. 

Vélo électrique

Il soulève que le vélo électrique amène une «révolution» et que «ça change énormément de comportements.» Il soutient donc que «ce n’est pas utopique».

M. Rousseau a dévoilé 13 mesures en lien avec la pratique du cyclisme à Québec.

Il aspire à la création d’un «réseau express» de vélo en connectant davantage de pistes cyclables, d’arrondissements et de parcs technologiques entre eux.

En outre, il ferait passer de 3 à 9 millions $ le budget annuel consacré aux aménagements cyclables avant la fin d’un premier mandat.

Il propose d’aménager quatre nouveaux segments cyclables: sur la route de l’Aéroport entre Val-Bélair et Sainte-Foy, sur Louis-XIV entre Sainte-Thérèse-de-Lisieux et Lebourgneuf, entre le boulevard Hamel et Père-Lelièvre et sur Robert-Bourassa entre les secteurs nord et sud de l’autoroute 40.

Démocratie Québec voudrait désigner des axes nord-sud et est-ouest, dont le déneigement serait assuré durant l’hiver.

Autres engagements

Parmi les autres engagements, la formation politique milite pour la création d’un «observatoire de la sécurité routière», se positionne contre le projet de passerelle cyclable le long des quais de croisière dans le Vieux-Port et appuie la volonté du RTC de faire passer son parc de vélos électriques à 1000 d’ici 2024.

D’autre part, Démocratie Québec propose la mise en place de corridors écoliers cyclables, ou encore l’obligation pour les immeubles à logements et les infrastructures de la ville de mettre en place des rangements sécuritaires pour les vélos.

Une autre mesure vise à encourager les entreprises à offrir un abonnement de vélo électrique à leurs employés. La Ville contribuerait à hauteur de 50 % de la facture lors des trois premiers mois.

À VOIR AUSSI