/sports/baseball
Navigation

Alex Cora, le maître d’échecs

Alex Cora, le maître d’échecs
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les Red Sox de Boston ont fait mentir bien des experts cette année en atteignant la série de championnat de la Ligue américaine de baseball et, derrière les exploits de Rafael Devers, Hunter Renfroe, J.D. Martinez et compagnie, il y a le gérant Alex Cora qui a constitué une clé vers le retour de l’organisation sur la voie du succès.

• À lire aussi: Les Red Sox se qualifient pour la série de championnat de l’Américaine

• À lire aussi: Les Giants à un match du prochain tour

L’ancien joueur a réussi sa deuxième entrée en scène à Boston. Pourtant, rien n’indiquait un tel scénario. En 2020, les Bas rouges ont présenté une pauvre fiche de 24-36 et peu d’observateurs leur prédisaient une participation aux éliminatoires un an plus tard. Pour sa part, Cora a purgé une suspension d’une saison à cause de son implication à titre d’instructeur au banc dans le scandale des signaux volés ayant touché les Astros de Houston en 2017. 

Or, les Sox ne regrettent pas de lui avoir donné une seconde chance. Celui qui avait mené le club à la conquête de la Série mondiale 2018 a vu sa troupe récolter 92 victoires au cours du calendrier régulier cette année. Puis, elle a renversé les Yankees de New York dans le match du meilleur deuxième, puis les Rays de Tampa Bay en série de division.

Pour les hommes de Cora, notamment le voltigeur Alex Verdugo, nul doute que leur mentor mérite «beaucoup» de crédit pour le parcours 2021 de la formation.

«Ce gars-là est incroyable. Voyez à quel point il est intelligent. Son quotient intellectuel baseball est là. De la façon qu’il dirige dans un match et manœuvre avec son enclos de relève, c’est comme s’il joue aux échecs. Pendant ce temps, l’autre équipe essaie de le mettre en échec», a-t-il imagé au site MLB.com.

«Évidemment, le groupe n’est pas le même comparativement à celui de l’an passé, mais il a fait une différence. Lui et les gars étant arrivés ici nous ont donné un nouveau souffle», a ajouté le joueur d’arrêt-court Xander Bogaerts.

L’appui de la direction

Cette opinion semble partagée par les hautes instances des Sox. Cora peut donc dormir sur ses deux oreilles quant à sa sécurité d’emploi, gagne ou perd face aux Astros en finale de l’Américaine.

«Il a eu un immense impact. Vous le constatez chaque soir. À l’aide des décisions qu’il prend, il fait la différence, comme en 2018 et particulièrement en octobre. Son instinct et son intelligence dans ce sport sont inégalées», a affirmé le propriétaire John Henry.

À titre d’exemple, la remontée réalisée dans le deuxième match de la série contre les Rays a constitué le moment-clé et Cora a eu son mot à dire. Il n’a pas hésité à remplacer le partant Chris Sale après qu’il eut concédé cinq points en une manche; son successeur Tanner Houck a été solide pendant cinq manches, ce qui a permis aux siens de combler un retard de 5 à 2 pour l’emporter 14 à 6 et niveler les chances dans la série.

«Au début [de la rencontre], ce fut un peu décourageant, mais je me rappelle qu’en retournant à l’abri, A.C. faisait les 100 pas et disait : "tout est correct, nous avons tout le match – huit manches de plus – pour revenir. Vous le savez, n’arrêtez pas." Je pense que cela a vraiment donné le ton», a expliqué Verdugo.