/finance/business
Navigation

COVID-19: les PME réclament une nouvelle prolongation des aides fédérales

Business Team in einem Meeting mit Videokonferenz
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a réclamé, mardi, que les programmes de subvention salariale et d’aide au loyer soient maintenus pour aider les entreprises à traverser la quatrième vague. 

• À lire aussi: Véritable explosion des placements privés chez Investissement Québec

Ces deux programmes mis en place par Ottawa au début de la pandémie doivent prendre fin le 23 octobre prochain, même si l’économie ne tourne toujours pas à plein régime, seulement 40% des petite ou moyenne entreprises (PME) ayant retrouvé leur chiffre d’affaires prépandémie, selon le FCEI.

«La fin de la pandémie est peut-être proche, mais beaucoup d’entrepreneurs nous disent que de supprimer les aides gouvernementales à un moment aussi crucial de leur reprise serait catastrophique», s’est inquiété Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la FCEI, par communiqué.

Ainsi, la FCEI demande que les deux programmes d’aide pour les loyers et les salaires des employés soient prolongés jusqu’au 20 novembre. Ces programmes doivent aussi être bonifiés et élargis aux nouvelles entreprises créées pendant la pandémie, a demandé l’organisation.

En parallèle, la Fédération demande des modifications à la Prestation canadienne de la relance économique, qui permet aux Canadiens sans emploi en raison de la pandémie de toucher un revenu minimum. La FCEI juge que ce programme incite trop les travailleurs potentiels à demeurer à la maison, plutôt que de retourner sur le marché du travail.

«De nombreuses PME sont toujours confrontées à des revenus plus bas que d’habitude en raison de la pandémie ainsi qu’aux impacts négatifs dus au maintien des restrictions des capacités d’accueil. Les PME ne s’attendent pas à ce que le gouvernement les aide éternellement, mais doivent être soutenues jusqu’à la levée de toutes les restrictions et la relance complète de leurs activités», a plaidé M. Guénette.

À VOIR AUSSI