/news/health
Navigation

Les infirmières auxiliaires non vaccinées seront aussi suspendues

Les infirmières auxiliaires non vaccinées seront aussi suspendues
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le droit d’exercice des pharmaciens et infirmières auxiliaires non adéquatement protégés sera aussi suspendu après l’entrée en vigueur de la vaccination obligatoire, vendredi prochain. Une décision saluée par le ministre de la Santé, qui reconnaît que la décision de Québec entraînera une importante «réorganisation» des services.

• À lire aussi: Les infirmières doivent suivre ce que dit la science, prévient leur ordre professionnel

• À lire aussi: Permis suspendu pour les infirmières non vaccinées

L’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ) a annoncé par voie de communiqué, mardi, qu’il suivra les traces des ordres professionnels des médecins, infirmières et inhalothérapeutes, qui ont pris la même position dans les derniers jours. 

«Les membres visés recevront une deuxième communication par courriel prochainement pour leur expliquer les démarches qu’elles auront à suivre afin de régulariser leur situation», écrit l’OIIAQ sur site son web.  

  • Écoutez l'entrevue de l'analyste en politiques publiques Patrick Déry avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

Un décret du gouvernement Legault forçait les ordres professionnels à soit suspendre le droit d’exercice ou s’assurer de limiter celui-ci. «J’apprécie énormément la position que les ordres professionnels ont prise dans les derniers jours», a commenté le ministre de la Santé, Christian Dubé, lors d’un point de presse en Outaouais.  

L’Ordre des pharmaciens a annoncé une décision dans le même sens quelques heures plus tard.  

Contestation judiciaire

Tout en saluant la décision des ordres professionnels, le ministre s’est questionné sur la contestation judiciaire initiée par une avocate montréalaise, Natalia Manole.  

Le principal syndicat des infirmières, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec s’est aussi engagé «à contester devant les tribunaux toute décision des ordres professionnels qui pourrait porter un préjudice démesuré à [ses] membres».  

«En ce moment, j’aimerais mieux qu’on trouve des solutions que d’aller en cour», a déclaré le ministre Dubé, en rappelant les «sacrifices énormes» des Québécois depuis le début de la pandémie.  

Turbulences en vue dans le réseau

Québec annoncera au cours des «prochains jours» son plan pour continuer d’offrir des soins malgré l’absence de quelque 15 000 employés non vaccinés à compter de vendredi prochain.  

Refusant de parler de bris de service, le ministre Dubé reconnaît toutefois que des patients devront être déplacés vers des hôpitaux plus éloignés.   

  • Écoutez l’entrevue de Carole Grant, infirmière auxiliaire et présidente de l’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec   

L’absence des travailleurs non vaccinés viendra s’ajouter à la pénurie d’infirmières déjà existante dans le réseau de la santé. «Notre travail, comme gestionnaire, c’est de s’assurer qu’on va réorganiser nos services de façon temporaire, pendant qu’on règle [l’embauche] des infirmières et pendant qu’on règle les enjeux de vaccination. C’est notre travail que ça donne le meilleur rendement pour nos patients. Mais en ce moment, c’est sûr qu’il va y avoir de la réorganisation de services», a-t-il reconnu.  

Primes permanentes

Questionné sur le manque criant d’infirmières en Outaouais, où il était de passage, le ministre Dubé a évoqué la création de primes permanentes, afin d’éviter que le personnel ne soit recruté de l’autre côté de la frontière avec l’Ontario.  

Une annonce en ce sens pourrait avoir lieu lors de l’énoncé économique cet automne.  

Ces nouvelles primes viendraient s’ajouter à celles annoncées récemment pour retenir ou attirer des infirmières dans le réseau public.   

– Avec la collaboration de Laurent Lavoie

À VOIR AUSSI