/world/europe
Navigation

Slovaquie: le chef de la Banque centrale rejette son inculpation de corruption

Slovaquie: le chef de la Banque centrale rejette son inculpation de corruption
AFP

Coup d'oeil sur cet article

VARSOVIE | Le directeur de la Banque centrale de Slovaquie, Peter Kazimir, également membre du conseil d’administration de la Banque centrale européenne, a rejeté mardi les accusations de corruption portées contre lui par le parquet slovaque. 

«Je ne suis même pas au courant d’une quelconque violation de la loi», a écrit M. Kazimir dans un communiqué envoyé par courriel, ajoutant qu’il ne se sent «pas coupable du moindre crime».

Citant plusieurs sources anonymes, la presse locale affirme que Peter Kazimir, qui est également un ancien vice-premier ministre et ministre des Finances, a été inculpé pour corruption.

Les procureurs n’ont jusqu’à présent confirmé aucune charge contre lui.

Son avocat, Ondrej Mularcik, a déclaré à l’agence de presse slovaque TASR que M. Kazimir allait déposer une plainte contre cette inculpation de corruption.

Selon les médias slovaques, elle est liée au témoignage de l’ancien directeur du service des impôts, Frantisek Imrecze.

Slovaquie: le chef de la Banque centrale rejette son inculpation de corruption
AFP

Le site internet d’information Aktuality.sk assure que Peter Kazimir a joué un rôle d’intermédiaire dans cette affaire, en faisant passer environ 50 000 euros à M. Imrecze. 

Ce dernier avait été inculpé de corruption l’année dernière et coopère désormais avec la police.

La corruption à haut niveau — de juges, de hauts responsables de la police, de fonctionnaire et d’hommes d’affaires influents — pourrit la vie publique en Slovaquie, un ancien pays communiste de 5,4 millions d’habitants qui est entré dans l’Union européenne en 2004, avant de devenir membre de la zone euro en 2009.

Peter Kazimir est l’ancien responsable le plus haut placé à ce jour à avoir été accusé d’avoir commis un délit sous le règne de l’ancien Premier ministre Robert Fico, dont le parti de gauche populiste Smer-SD a été chassé du pouvoir aux législatives de 2020.

OLaNO, un parti qui s’est engagé à s’attaquer à la corruption dans la vie publique, a remporté ces élections. 

Des dizaines de hauts responsables ont été inculpés de corruption depuis son arrivée au pouvoir en mars 2020.

À VOIR AUSSI