/misc
Navigation

Balarama Holness se discrédite totalement

Balarama Holness
Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay Balarama Holness

Coup d'oeil sur cet article

Ceux qui croyaient à une 3e voix crédible pour Montréal vont être déçus. Balarama Holness vient de prendre une décision totalement irresponsable en promettant de tenir un référendum sur le statut linguistique de Montréal.

Jouer avec des allumettes

Comme si on avait besoin d’une guerre ouverte entre francos et anglos à Montréal sur le statut de ville française ou bilingue de la métropole lorsque le français est déjà chancelant. Quel manque de jugement !

À quoi bon protéger et honorer 379 ans d’histoire, quand on peut se faire un bénéfice politique en une seule élection ?

Référendum

Pour y arriver, M. Holness « propose une consultation d’un an de l’OCPM sur l’utilisation des langues anglaise et française au sein des institutions publiques et privées, suivie d’un référendum sur le statut linguistique de Montréal ».

« Ni la CAQ ni l’Assemblée nationale ne devraient définir ce qu’est Montréal et comment elle fonctionne. Sous une administration Holness, les Montréalais.e.s définiront eux-mêmes Montréal » pavoise-t-il.

Montréal déjà bilingue

Si on résume la pensée de l’aspirant maire, Montréal est déjà bilingue (et multiculturelle), il faut reconnaître ce fait et assurer que les anglophones et allophones puissent avoir un meilleur accès aux services en anglais à la Ville.

Eh oui, vous avez bien lu. Alors qu’on termine les consultations sur la loi 96 qui vise à réformer la loi 101 et resserrer plusieurs dispositions afin d’assurer la protection et la pérennité du français au Québec et principalement à Montréal, un candidat en manque d’attention veut donner le statut bilingue à la métropole.

Plus encore, M. Holness n’a rien à cirer de la « province de Québec », il veut être reconnu directement par le fédéral comme une cité-État avec tous les pouvoirs associés afin d’obtenir l’indépendance financière et administrative pour agir sur les enjeux d’importance pour la ville.

Est-ce étonnant de la part de cet individu qui prônait la partition de Montréal si le Québec devenait souverain ? Dangereux.