/sports/hockey/canadiens
Navigation

«C’est un soulagement» –Jonathan Drouin

Coup d'oeil sur cet article

C’est à Jonathan Drouin qu’est revenu l’honneur de marquer le premier but de la saison du Canadien. Un retour du balancier fort sympathique à la suite de l’épisode d’anxiété et d’insomnie qui l’a forcé à s’éloigner de l’équipe en avril dernier. 

• À lire aussi: Encore du travail à faire

• À lire aussi: L’attaque à cinq a fait défaut

• À lire aussi: Un avant-goût de samedi

« C’est un soulagement. L’an dernier, on m’a reproché de ne pas marquer assez souvent. Je suis heureux d’avoir marqué ce but. »

– Jonathan Drouin

« J’étais content pour lui. Il a passé à travers des moments difficiles au cours des cinq ou six derniers mois. Il est retombé sur pieds. Ce but était pleinement mérité. »

– Jake Allen


On l’avait noté dès le calendrier préparatoire, mais la chimie semble opérer entre Christian Dvorak et ses compagnons de trio. Mercredi, cette unité fut la plus menaçante, spécialement dans la première portion de la rencontre.

« Christian, tu le vois dans les matchs serrés. C’est son genre de match. Il est tenace en zone défensive. Il a été sur le dos de [John] Tavares un paquet de fois. »

– Jonathan Drouin


Le Canadien n’a pas eu tout faux au cours de cette rencontre. Il a eu sa part d’occasions de marquer, comme en font foi les 32 tirs dirigés sur Jack Campbell.

« On a connu un excellent début de match. On a eu nos moments. Ce n’est que la première rencontre. Je sais que tous les points sont cruciaux, spécialement au sein de notre propre division, mais on va s’améliorer. »

– Jake Allen


En matinée, le Canadien a annoncé le renvoi de Ryan Poehling à Laval. Ce n’était qu’une question de temps pour l’attaquant de 22 ans dont le camp fut ordinaire. Pourtant, la direction du Tricolore lui a donné toutes les occasions de se faire valoir en l’utilisant dans cinq des six matchs préparatoires de l’équipe. 

« Je pense que lui-même aurait aimé en faire plus. Ça change tellement vite dans le hockey. Un bon départ pour lui, là-bas, et on ne sait jamais. »

– Dominique Ducharme