/finance/news
Navigation

Les déneigeurs font face au manque de relève à Rimouski

Coup d'oeil sur cet article

Les déneigeurs entament leur saison hivernale le 15 novembre prochain, mais se retrouvent déjà face au possible manque de relève.

• À lire aussi: L’avenir du métier de déneigeur en péril

En effet, les propriétaires d’une entreprise de déneigement appréhendent grandement les années à venir.

«C’est très difficile d’aller chercher les jeunes», a affirmé mercredi Sébastien Lévesque, président de BMP et de Déneigement Ste-Odile, à Rimouski, au Bas-Saint-Laurent.

De surcroît, la pénurie de jeunes employés fait en sorte que Sébastien Lévesque prévoit une diminution de la main-d’œuvre d’environ 20% d’ici trois ans.

Afin d’éviter ce scénario, les entrepreneurs veulent à tout prix rendre le travail alléchant. «On a de la machinerie neuve et un salaire compétitif pour le déneigement manuel», a ajouté M. Lévesque.

Pour le moment, les entreprises BMP et Déneigement Ste-Odile peuvent compter sur une soixantaine d’employés, mais aimeraient en embaucher plus.

Toutefois, les déneigeurs se disent prêts à opérer. «Quelques embauches arrivent souvent une fois la saison lancée», a mentionné Guillaume Lévesque, propriétaire de BMP.

Quant aux coûts des services, les entrepreneurs n’ont pas eu d’autre choix que de les augmenter en raison de l’inflation. Cependant, une partie du prix de l’abonnement ira à Opération Enfant Soleil ainsi qu’à la Fondation du cancer du sein.

Pour la saison 2021-2022, les deux services de déneigement font affaire avec plus de 4000 clients.