/news/currentevents
Navigation

Un élevage de chats de race s'attire les critiques

Coup d'oeil sur cet article

Un élevage de chats sphynx de Saint-Gabriel-de-Brandon, dans Lanaudière, s’est attiré les critiques de plusieurs clients qui accusent les propriétaires de maltraiter les chats et d'en vendre des malades.

• À lire aussi: Pénurie de vétérinaires: des animaux entassés dans des conditions cruelles dans des abattoirs

Les propriétaires de l’élevage Le fidèle sphynx nient et souhaitent remettre les pendules à l’heure.

Cassandra Milette a contacté l’éleveur, via le site Kijiji, pour se procurer un chat de race pour environ 1000$. Rendue sur place, elle se serait fait offrir, par la propriétaire Laurie-Anne Saint-Denis, un deuxième chaton qui, lui, n’était âgé que de six semaines et qui avait des problèmes de santé, a soutenu Mme Millette.

«Elle m’a dit qu’il avait des complications, qu’il avait besoin de soins et que je pouvais partir avec pour 300$. Sinon il risquait l’euthanasie. C’est rendue chez moi que je me suis rendu compte qu’il était vraiment trop maigre. Il avait besoin de manger», a ajouté la dame.

Même histoire pour Karine Vaillancourt, qui s’était fait proposer un petit sphynx par une connaissance sur les médias sociaux. «La propriétaire est venue me le porter chez moi, tard le soir. Quand j’ai vu de quoi il avait l’air, j’ai arrêté de respirer. Ç'a été un choc», a-t-elle raconté.

Les deux dames accusent Le fidèle sphynx de ne pas s’être occupé adéquatement des petites bêtes et de les avoir mal nourries. Selon elles, leurs chatons ne pesaient que 270 et 320 grammes.

Deux autres clientes ont contacté TVA Nouvelles pour dénoncer cette pratique.

Rencontrés sur place, les propriétaires Benoit Bouchard et Laurie-Anne Saint-Denis se sont défendus d’avoir fait preuve de cruauté animale et ont rejeté le blâme sur les acheteuses. «Mme Milette est venue ici vendredi pour acheter un sphynx. C’est elle qui a insisté pour partir avec un chaton de six semaines même si je lui avais dit qu’il n’était pas prêt et qu’il avait besoin de soins. Elle le savait. Même chose pour Mme Vaillancourt», ont-ils indiqué.

La propriétaire a également soutenu qu’en raison d’une rhinotrachéite, un virus semblable à la grippe chez les chats, 11 chatons auraient cessé de boire. «L’une de mes deux femelles ne pouvait plus donner de lait donc c’est un total de 11 chatons qui devaient être nourris par nous aux deux heures. C’était extrêmement demandant. Ils ont tous été vendus au rabais à des gens qui voulaient s’en occuper», a précisé la dame.

Mme Saint-Denis et M. Bouchard ont assuré que leurs chats étaient bien traités et qu’ils n’avaient pas de compte à rendre au MAPAQ. Étant donné qu’il possède moins de 15 chats, le couple n’est pas tenu de détenir un permis d’élevage.

Questionné à ce sujet, le directeur des communications de l’Association des vétérinaires du Québec est catégorique: «On ne peut pas se dire éleveur si on laisse partir des chatons avec des problèmes de santé ou qui ne sont pas prêts à l’adoption. Six semaines c’est beaucoup trop tôt. On recommande maintenant trois mois et demi», a-t-il indiqué.