/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Une blague transphobe, vraiment?

Pregnant young woman holding her belly. She is standing up next to the crib
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

On est rendus là. 

Un humoriste américain se fait traiter de transphobe pour avoir dit que les êtres humains naissaient entre les cuisses d’une femme.

Des personnes transgenres « offensées » réclament l’annulation de son spectacle. 

Ben voyons donc ! C’est rendu qu’on ne peut même plus dire une évidence, reconnaître une réalité biologique, énoncer une vérité, sans se faire accuser de tenir des propos haineux ?

Mais c’est quoi cette époque d’offensés en permanence qui veulent toujours faire taire ceux qui disent ou pensent des choses qui leur déplaisent ?

Y A RIEN LÀ !

Quand j’ai entendu dire que l’humoriste américain Dave Chappelle était traité de transphobe (haine des personnes transgenres) à cause de son dernier spectacle diffusé sur Netflix, je me suis demandé ce qu’il avait bien pu dire pour provoquer une telle controverse. Quand j’ai appris quel était le passage problématique, je n’en revenais pas. 

Dave Chappelle, un humoriste noir qui fait des blagues cinglantes sur le racisme blanc, qui égratigne les Juifs, les féministes et les gais, pratique un humour bête et méchant. Une sorte de Mike Ward sur l’acide. 

Je m’attendais donc à ce que ses propos sur les personnes trans soient extrêmes, qu’ils dépassent les limites.

Or, voici le passage qui a choqué des militants : « Le genre est un fait. Chaque être humain dans cette pièce, chaque être humain sur Terre a dû passer entre les jambes d’une femme pour être sur Terre. C’est un fait ».

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Tout ça pour ça ? Depuis quand le simple fait de décrire une réalité objective fait de vous une personne haineuse ?

Je me suis aussi demandé combien des personnes qui voulaient censurer son spectacle l’avaient vraiment vu. 

Alors, j’ai regardé au complet le spectacle The Closer, diffusé par Netflix. 

Chappelle rit de la façon dont certains militants trans ont déformé depuis 16 ans certaines de ses blagues, en les citant hors contexte. Il compare la façon dont la société réagit aux revendications des trans et la façon dont elle réagit aux revendications des Noirs.

Et, oui, il fait une blague assez raide sur le fait que les organes génitaux des personnes trans créés par des chirurgiens sont des « copies » de la vraie affaire, comme la fausse viande qu’on trouve dans les Beyond Meat.

Est-ce que c’est de bon goût ? Non. Est-ce que ça pousse les frontières de l’humour ? Oui. Est-ce que c’est haineux ? Pas du tout.

Mais ça n’a pas empêché des personnalités transgenres très connues d’exiger que Netflix retire le spectacle de la plateforme.

Heureusement que Netflix s’est tenu debout et a défendu la « liberté créatrice » de Dave Chappelle. 

Ça fait des mois que JK Rowling, l’auteure de Harry Potter, se fait traiter de transphobe parce qu’elle a déjà ridiculisé le fait qu’au lieu de parler de femmes on disait « personnes qui ont des règles ».

Récemment, la revue scientifique The Lancet a écrit sur sa couverture, à propos des femmes menstruées, « Des corps avec des vagins ». 

Est-ce que ça veut dire que si un humoriste, un auteur ou un journaliste disait qu’il trouve ce terme ridicule, il se ferait traiter de « transphobe » ?