/world/usa
Navigation

États-Unis : les autorités partent en guerre contre les fausses critiques sur internet

États-Unis : les autorités partent en guerre contre les fausses critiques sur internet
AFP

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK, États-Unis | L’autorité américaine de la concurrence (FTC) est partie en guerre contre les fausses revues de consommateurs et autres commentaires favorables, mais trompeurs qui pullulent sur les sites d’entreprises et sur internet.

• À lire aussi: Un avocat s’est transformé en chasseur de cybertrolls

La FTC a envoyé un avertissement à 700 entreprises sur le territoire américain pour qu’elles cessent, sous peine d’amende, d’utiliser des commentaires et des revues qui trompent le consommateur.

« L’essor des médias sociaux a brouillé la frontière entre ce qui est contenu authentique et ce qui est publicitaire, conduisant à une explosion de revues positives trompeuses », dit l’agence fédérale dans un communiqué.

« Ces faux avis et ces approbations mensongères trompent les consommateurs et désavantagent les entreprises qui sont honnêtes », dit encore Samuel Levine, directeur du bureau de la protection des consommateurs à la FTC.

« Les annonceurs paieront le prix s’ils s’engagent dans ces pratiques trompeuses », a-t-il ajouté.

Les amendes peuvent aller jusqu’à 43 792 dollars par violation, précise la FTC.

Parmi les destinataires de l’avertissement figurent de grandes compagnies, des chaînes de distribution, mais aussi des publicitaires. Avoir reçu cette admonestation ne signifie pas que l’entreprise a usé de ce type de revues et commentaires trompeurs, précise l’agence règlementaire.

Sur la liste des sociétés qui ont reçu cet avertissement, outre Coca-Cola, le fabricant de jouets Mattel, les céréales Kellogg ou Airbnb et le site Expedia, on trouve aussi des groupes français présents aux Etats-Unis comme LVMH, Sanofi, L’Oréal ou encore Havas.

À VOIR AUSSI...