/sports/football/rougeetor
Navigation

Laval doit jouer avec intensité

La troupe de Glen Constantin n’a pas oublié sa dernière défaite face au Vert et Or

MATCH-ROUGE-ET-OR-CONTRE-MCGILL
Photo d'archives L’offensive du Rouge et Or a pris son envol depuis l’arrivée d’Arnaud Desjardins au poste de quart-arrière.

Coup d'oeil sur cet article

Le Rouge et Or n’est pas le même club, qui s’est incliné pour la première fois de son histoire face au Vert et Or le 11 septembre dernier en Estrie par la marque de 23 à 17, selon l’entraîneur-chef Glen Constantin. 

« On a beaucoup progressé comme équipe depuis ce temps-là et je pense que Sherbrooke n’aura plus de complexe face à nous parce qu’ils nous ont battus. C’est une très bonne équipe de football et il faut continuer sur la même voie que nos deux dernières parties. »

Lors de la partie à Sherbrooke, le pilote avoue que l’intensité du Vert et Or avait été un facteur important de la victoire et il veut que sa troupe s’assure de jouer avec au minimum la même intensité que le club visiteur. J’ose croire que si l’on surpasse ou qu’on joue avec la même intensité que le Vert et Or, on aura des bonnes chances de gagner dans notre stade. J’ai également bon espoir de réduire ou d’éliminer les jeux explosifs de l’adversaire », mentionne le pilote lavallois qui avait vu sa troupe concéder plus de six jeux d’au moins 20 verges lors de la première rencontre. 

Départ canon 

Constantin ne cache pas non plus qu’il souhaite voir sa formation sortir fort dès le début de la rencontre pour ne donner aucun espoir de victoire à la formation estrienne. 

« Un début de match comme à McGill serait idéal même si j’ai aimé la façon qu’on est revenu dans le match face à Concordia en évitant de paniquer. C’est vraiment ce qu’on vise. »

Le 11 septembre dernier, ce même Vert et Or avait surpris le Rouge et Or en l’emportant au compte de 23 à 17.
Photo d'archives
Le 11 septembre dernier, ce même Vert et Or avait surpris le Rouge et Or en l’emportant au compte de 23 à 17.

Le Rouge et Or devra avoir à l’œil le receveur William Marchand qui a attiré l’œil de Constantin par ses dernières performances en plus de limiter la production du receveur Charles Giroux, qui avait excellé à Sherbrooke.

« Marchand joue vraiment du bon football dans les dernières semaines et Sherbrooke possède un excellent quart-arrière en Anthony Robichaud. Stratégiquement, il n’y a pas eu de grands changements depuis notre premier match. »

Un pivot heureux

Arnaud Desjardins a été élu le joueur offensif de la dernière semaine au Canada pour sa performance face à Concordia. Une première pour le Rouge et Or depuis qu’Hugo Richard avait mérité pareil honneur en 2016. 

« Ça fait plaisir d’être reconnu et je ne m’attendais pas à ça. Je me concentre cependant sur le match de dimanche face à Sherbrooke. J’ai seulement joué deux parties et j’ai encore plein de choses à prouver », mentionne le longiligne quart-arrière avec un calme olympien.

L’entraîneur-chef du Rouge et Or, Glen Constantin, souhaite que ses joueurs connaissent un départ canon lors du duel de dimanche contre le Vert et Or de Sherbrooke au Stade Telus.
Photo d'archives
L’entraîneur-chef du Rouge et Or, Glen Constantin, souhaite que ses joueurs connaissent un départ canon lors du duel de dimanche contre le Vert et Or de Sherbrooke au Stade Telus.

Le produit des Spartiates du Vieux-Montréal confirme que la défaite en début de saison face à Sherbrooke n’a pas bien été digérée et qu’il y a une certaine flamme qui brûle chez les joueurs.

« Toute l’équipe a un petit sentiment de revanche et c’est juste normal. »

Sherbrooke veut être gourmand 

Si certains observateurs de la scène du football universitaire québécois pensent que c’est une chose pour le Vert et Or de battre Laval pour la première fois à son domicile, mais que c’est une chose complètement différente d’aller chercher la victoire dans le château fort lavallois, ils n’ont visiblement pas parlé avec l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte.

« Pourquoi c’est différent ? C’est la même organisation que nous avons vue en Estrie. Ils ont les mêmes entraîneurs, ils ont changé de quart-arrière et il y a quelques joueurs qui sont de retour, mais ça reste la même chose. Il ne faut pas tomber dans le panneau et écouter toute cette pression extérieure. Il faut simplement garder les yeux sur la tâche à accomplir », mentionne l’intense pilote, qui a visiblement en tête de secouer le RSEQ à nouveau avec une victoire.

L’entraîneur-chef du Vert  et Or, Mathieu Lecompte
Photo Martin Alarie
L’entraîneur-chef du Vert et Or, Mathieu Lecompte

Lecompte ne se raconte pas d’histoire non plus et il est très conscient de l’ampleur du défi pour son équipe. 

« On sait que le Rouge et Or a progressé et on respecte beaucoup cette organisation, mais on s’est amélioré aussi. Il faut simplement respecter le plan de match dans les trois phases de jeu. Il ne faut pas voir ça plus gros que ce l’est en réalité. »

Panser les plaies

Même si la victoire du Vert et Or sur McGill la semaine dernière n’était pas la plus spectaculaire, l’entraîneur sherbrookois avoue que le gain a fait un bien énorme à sa formation en plus de lui permettre de prendre une sérieuse option sur la dernière place disponible en séries éliminatoires. 

Charles Giroux avait été excellent sur les unités spéciales lors de la première rencontre face au Rouge et Or.
Photo Martin Alarie
Charles Giroux avait été excellent sur les unités spéciales lors de la première rencontre face au Rouge et Or.

« Je dis souvent que la victoire guérit les bobos, et c’est vrai. Cependant, c’est maintenant derrière nous et on doit rester dans le moment présent et être prêt pour le Rouge et Or. On est déjà en mode séries éliminatoires et il faut arriver avec des solutions. »