/finance
Navigation

Bassin Wellington : Devimco perd patience

Bassin Wellington : Devimco perd patience
TOMA ICZKOVITS/ AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le grand patron de Devimco Immobilier perd patience ; il presse les candidats à la mairie de Montréal de vite faire connaître leur position dans le délicat dossier du développement du secteur Bassin Wellington, convoité par le Groupe Baseball Montréal. 

• À lire aussi: Silence de Coderre sur les pratiques interdites de son candidat

« On a présenté notre vision à la Ville en mars 2018. Trois ans plus tard, au terme de multiples consultations, on attend toujours, déplore le président du Groupe Devimco, Serge Goulet. [...] Maintenant que tout le monde s’est fait entendre, les candidats aux élections devraient annoncer leurs couleurs. »

Les deux principaux candidats à la mairie de Montréal, Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal, et Denis Coderre, chef d’Ensemble Montréal, étaient particulièrement visés.

Le poids lourd de l’immobilier s’exprimait ainsi en marge d’une pelletée de terre organisée hier à Montréal, sur le site de l’ancienne Maison de Radio-Canada. Sur ce vaste terrain du quartier des Faubourgs, devenu propriété du Groupe Mach, Devimco entend construire au coût de 800 millions de dollars, un ensemble immobilier de dix tours de « plus de 2000 » unités de condos.

Stade de baseball

« La Ville nous avait dit qu’elle annoncerait sa vision de développement du secteur à l’été 2021, a poursuivi le PDG de Devimco. Or, ça adonne bien, c’est les élections. En faisant connaître leurs couleurs maintenant, les électeurs pourraient au moins voter en toute connaissance de cause. »

Le site connu sous le nom du Bassin Wellington constitue une vaste zone industrielle et commerciale enclavée du quartier Pointe-Saint-Charles. Des milliers de navetteurs la traversent soir et matin, par la rue Bridge, pour accéder au pont Victoria, entre Montréal et la Rive-Sud. 

C’est dans cette zone que le Groupe Baseball Montréal, de l’homme d’affaires Stephen Bronfman, souhaite ériger son nouveau stade de baseball professionnel. Autour de ce dernier naîtrait un nouveau quartier à vocation résidentielle et commerciale, auquel Devimco entend bien participer. 

« On ne fait pas de politique, on fait de la business », se défend le promoteur. Devimco possède déjà 700 000 pi2 de terrains dans le secteur, à peu près l’équivalent de la Société immobilière du Canada, principal propriétaire foncier de l’ensemble Bridge-Bonaventure.

Des expropriations possibles

Il y a deux semaines, le Journal révélait l’existence de plans d’implantation, préparés par Stantec, une société de génie-conseil albertaine, montrant l’orientation envisagée du nouveau stade de baseball de quelque 450 000pi2.

Selon ces plans, l’immense centre multifonctionnel de Loto-Québec et son stationnement étagé de 350 000 pi2, tout juste en face du magasin Costco de la rue Bridge, semblent à risque d’expropriation, au moins partielle. 

Il en va de même d’u moins une portion des installations du plus grand producteur de céréales et farines au Canada, P&H Milling Group, dont les silos à grains et entrepôts pourraient aussi disparaître sous le futur stade. 

Québec pourrait aider

Dans la foulée, la Caisse de dépôt et Placement du Québec (CDPQ), par l’intermédiaire de son bras immobilier, Ivanhoe Cambridge, s’est dite intéressée à participer à l’élaboration de ce nouveau quartier, à certaines conditions. La principale consisterait à avoir un «regard global» sur l’ensemble du projet.

« On n’associera certainement pas notre nom et celui de la Caisse [à ce projet], si c’est juste pour avoir cet objet-là [un stade]. Ça ne ferait pas de sens », avait confié au Journal sa pdg, Nathalie Palladitcheff.

Les coûts de construction de ce nouveau stade pourraient, dit-on, aisément dépasser le milliard de dollars. Le mois dernier, le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, a confirmé au Journal travailler à la mise sur pied de différents scénarios de financement pour le projet. 

À VOIR AUSSI...