/news/transports
Navigation

Traversiers de l’Est-du-Québec: un rapport attendu censuré

Traversiers de l’Est-du-Québec: un rapport attendu censuré
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

La Société des traversiers du Québec (STQ) a dévoilé un rapport sur l’optimisation des deux traverses privées de l’Est-du-Québec, attendu depuis 2 ans, dont l’entièreté des recommandations y a été caviardée. 

• À lire aussi: STQ: les traversiers renouvellent leur mandat de grève

• À lire aussi: Des employés de la traverse Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine entérinent l’entente de principe

À l’automne 2019, Abscisse a réalisé un sondage auprès de 2700 répondants. Des entreprises et des usagers ont été interrogés pour les besoins de l’enquête. Une fois ces données recueillies, les propositions de scénarios ont été caviardées parce qu’ils contenaient des données sensibles pour les propriétaires des traverses.

Quelques années après la collecte de données de la firme de sondage, la situation des traverses a évolué, a indiqué Martin Ouellet, député de René Lévesque. M. Ouellet s’est également dit déçu et surpris par le caviardage des recommandations.

La STQ a conclu, dans son rapport récemment publié, que les traversiers privés avaient une vocation avant tout touristique et répondaient à des besoins de déplacements locaux.

La mairesse de Forestville, Micheline Anctil, a plutôt fait savoir que les traversiers avaient une vocation économique et permettaient des services de proximité pour recevoir des services médicaux ailleurs, comme à Rimouski. «Mais pour cela, il faudrait un nouveau navire», a mentionné Mme Anctil.

Avec son étude menée en 2019, la Société des traversiers du Québec voulait connaître la pertinence de nationaliser les traversiers qui relient Rimouski à Forestville et Trois-Pistoles aux Escoumins. La STQ a aussi voulu savoir si l’offre, de l’époque, répondait aux besoins des utilisateurs.

Elle a notamment conclu qu’environ 22 % de la population adulte de la Côte-Nord, du Bas-Saint-Laurent et de la Haute-Gaspésie s’est déplacé au moins une fois avec un service de traversier entre 2018 et 2019.

La décision d’intégrer, de financer des infrastructures ou d’exploiter les deux traverses privées relèvera cependant du ministère des Transports du Québec.