/opinion/blogs/mechantsraisins
Navigation

Les médailles sur les bouteilles

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce que les médailles de concours apposées sur une bouteille sont un véritable gage de qualité ?

Avec le concours Sélections mondiales des vins Canada qui se déroulait la semaine dernière, il est opportun de faire la lumière sur ces fameux concours qui, disons-le, ressemblent plus souvent à une opération marketing camouflée qu’à une véritable quête des meilleurs vins. Il faut prendre les résultats de ces concours avec de grosses pincettes pour deux raisons. Un : malgré la plus grande rigueur des organisateurs, cet exercice de dégustation demeure un instantané pratiquement impossible à répliquer. Vous pourriez refaire la même dégustation avec les mêmes personnes le lendemain et les gagnants seraient différents. Autrement dit, il y a beaucoup de hasard. Deux : la plupart du temps, la médaille a été attribuée au vin, mais pas nécessairement pour le millésime sur la bouteille que vous tenez en main. Un peu comme les médailles sur les bouteilles de bière et qui remontent au temps de l’Expo universelle de Paris en... 1855. En outre, la médaille peut se faufiler, voire échapper à la réglementation sur l’étiquetage, ce qui permet d’en faire un redoutable outil promotionnel. 

Bodega Villa d’Orta, Marebell 2019, Somontano

16,40 $
Photo courtoisie
16,40 $

Espagne 14 %

2 g/L – Biologique | ★★1/2 | $1/2

Code SAQ : 14685098

Belle découverte que cette cuvée produite au pied des Pyrénées espagnoles par le Québécois Alain Bellemare. L’appellation d’origine « Somontano » signifie d’ailleurs « sous la montagne ». Un assemblage dominé par le cabernet-sauvignon complété par le merlot, le grenache et le tempranillo, ce qui est assez inusité pour cette région d’Espagne. Parfums de fruits noirs, de vanille et d’épices. Un rouge assez corsé avec une matière passablement riche. Bonne persistance en finale. 

Château de Gourgazaud, Le Secret de Mathilde 2018, Minervois

18,85 $
Photo courtoisie
18,85 $

France 14,5 %

2,5 g/L | ★★★ | $$

Code SAQ : 14758824

J’aime beaucoup les vins de ce domaine familial situé dans le Minervois, une des meilleures régions du Languedoc. On sent le vin bourré de soleil avec des notes de myrtilles et de bleuets en confiture, une touche d’eucalyptus et de réglisse complète le tableau. En bouche, on devine un fruité d’assez bonne densité avec des tanins mûrs et une finale qui perdure assez longuement. Belle affaire à moins de 20 $. 

La Ferme des Sept Lunes, Premier Quartier 2018, Saint-Joseph

42,75 $
Photo courtoisie
42,75 $

France 14,5 %

1,2 g/L – Biologique | ★★★★ | $$$$

Code SAQ : 14748191

Première expérience avec les vins de ce petit domaine habilement conduit par les vignerons Jean Delobre et Jacques Maurice. De la syrah dense et concentrée – on le voit d’entrée de jeu à la robe violacée et bien saturée. Un nez explosif de cassis, d’olive et violette. La bouche est suave, riche, presque crémeuse tout en restant fraîche et énergique. Difficile de croire que le vin fait près de 15 % d’alcool tant le tout est bien intégré. Une petite bombe à ne pas rater ! 

Stratus, Tollgate Chardonnay 2019

25,15 $
Photo courtoisie
25,15 $

Canada 13 %

1,3 g/L | ★★★ | $$1/2

Code SAQ : 13864051

Bel exercice de style que ce chardonnay d’Ontario élaboré par l’une des meilleures wineries du Niagara. Ce n’est pas trop beurré, ni trop rond, mais suffisamment gras pour plaire aux amateurs du genre. Des notes de citron confit, de pêche avec une impression de chêne grillé. C’est ample sans être lourd et parfaitement sec. 

Feist, Colheita 2009, Porto

39,25 $
Photo courtoisie
39,25 $

Portugal 20,0 %

120 g/L | ★★★1/2 | $$$1/2

Code SAQ : 884080

Le porto n’est peut-être pas aussi populaire que les vins nature ou orange, il n’en reste pas moins un grand classique à revisiter, surtout avec l’automne qui arrive et le temps plus frais qui s’installe. Le « colheita » offre souvent un des meilleurs rapports qualité/prix. C’est le cas de ce 2009 qui a été mis en bouteille cette année, ce qui fait un vieillissement de près de 12 ans en barrique. Il en ressort un nez bien parfumé de caramel, de noisette et d’écorce d’orange. La bouche est satinée et possède une franche acidité qui garde le tout en équilibre. Longue finale rappelant les épices, le safran et la boîte à cigare.