/news/health
Navigation

Cure de beauté à la Maison Michel-Sarrazin

La campagne de financement a permis d’amasser 1,35 million $ pour rénover les chambres

Brigitte Laflamme, directrice générale de la Maison Michel-Sarrazin et Jocelyne Guay, présidente du conseil d’administration, dans une chambre de soins palliatifs qui a été rénovée.
Photo Diane Tremblay Brigitte Laflamme, directrice générale de la Maison Michel-Sarrazin et Jocelyne Guay, présidente du conseil d’administration, dans une chambre de soins palliatifs qui a été rénovée.

Coup d'oeil sur cet article

Des travaux majeurs ont été réalisés au cours des derniers mois au centre de soins palliatifs Maison Michel-Sarrazin de Québec, pour refaire chacune des quinze chambres grâce à une campagne de financement qui a permis d’amasser 1,35 million $.

• À lire aussi: Soirée des leaders Michel-Sarrazin

Après 37 ans, ces rénovations étaient rendues nécessaires, selon Brigitte Laflamme, directrice générale de la Maison.

« Cela nous a permis de faire une mise à niveau et de moderniser les chambres [...] pour que la fin de vie se passe plus facilement dans un milieu qui est beau et qui permet de répondre rapidement à des enjeux de sécurité autant pour les patients que le personnel. »

Brigitte Laflamme, directrice générale de la Maison Michel-Sarrazin.
Photo Diane Tremblay
Brigitte Laflamme, directrice générale de la Maison Michel-Sarrazin.

Parmi les améliorations, chaque chambre dispose maintenant d’un lève-personne. Les appareils qui distribuent de l’oxygène aux patients ont aussi été intégrés dans les murs pour garder une ambiance familiale.

Défi relevé

« On a démoli et reconstruit les chambres en revoyant l’organisation », a ajouté Mme Laflamme.

Dans le contexte de la crise sanitaire, la planification des travaux a été un véritable défi puisque la Maison a continué de recevoir des personnes en fin de vie, bien que le nombre d’admissions ait été réduit.

« Nous voulions absolument respecter la quiétude des patients. Il ne fallait pas qu’il y ait de bruit ni de poussière. La Maison a deux ailes, et donc nous avons fait une aile à la fois. »

À partir de la semaine prochaine, les admissions reviendront à leur niveau habituel, a souligné Mme Laflamme.

Cette première étape fait partie d’un plan global qui prévoit l’agrandissement de la Maison Michel-Sarrazin. Selon le projet qui est sur la table, il est question d’agrandir le centre de jour, en conservant toutefois le même nombre de chambres. 

« Nous sommes à l’étape des devis et des concepts. Je souhaite présenter des plans au conseil d’administration avant la fin de l’année », a expliqué Mme Laflamme.

Le Club des 25

Le financement pour la rénovation des chambres a été rendu possible grâce au Club des 25, créé au printemps dernier. Il s’agit de 25 personnes, familles et entreprises qui ont chacune fait un don de 50 000 $. Deux philanthropes ont même versé 100 000 $ chacun. Cette initiative a été lancée par Guy Pelletier, président de la campagne de financement pour la rénovation des chambres.

Pour le projet d’agrandissement, la Maison sollicitera une nouvelle fois la générosité de la population. 

« Le gouvernement nous soutient à environ 40 %. La philanthropie, c’est ce qui a permis à la Maison de naître et c’est ce qui lui permet de survivre aussi », a ajouté Mme Laflamme.

Au total, plus de 11 000 personnes ont reçu des services de la Maison Michel-Sarrazin depuis sa création. En janvier dernier, le conseil d’administration a autorisé que l’aide médicale à mourir soit pratiquée dans le centre. À ce jour, une dizaine de personnes s’en sont prévalues.  

Dans le contexte de la crise sanitaire, la planification des travaux a été un véritable défi, car la Maison a continué à recevoir des personnes en fin de vie, bien que le nombre d’admissions ait été réduit. 

«Nous voulions absolument respecter la quiétude des patients. Il ne fallait pas qu’il y ait de bruit ni de poussière. La Maison a deux ailes et donc, nous avons fait une aile à la fois.»

À partir de la semaine prochaine, les admissions reviendront à leur niveau habituel, a souligné Mme Laflamme. 

Le Club des 25

Cette première étape fait partie d’un plan global qui prévoit l’agrandissement de la Maison Michel-Sarrazin. Selon le projet qui est sur la table, il est question d’agrandir le centre de jour, tout en conservant le même nombre de chambres.  

«Nous sommes à l’étape des devis et des concepts. Je souhaite présenter des plans au conseil d’administration avant la fin de l’année», a expliqué Mme Laflamme. 

Le financement pour la rénovation des chambres a été rendu possible grâce au Club des 25, créé au printemps dernier. Il s’agit de 25 personnes, familles et entreprises qui ont chacune fait un don de 50 000 $. Deux philanthropes ont même versé 100 000$ chacun. Cette initiative a été lancée par Guy Pelletier, président de la campagne de financement pour la rénovation des chambres. 

Pour le projet d’agrandissement, la Maison sollicitera une nouvelle fois la générosité de la population.  

«Le gouvernement nous soutient à environ 40%. La philanthropie, c’est ce qui a permis à la Maison de naître et c’est ce qui lui permet de survivre aussi», a ajouté Mme Laflamme. 

Depuis la création de la Maison Michel-Sarrazin, plus de 11 000 personnes ont reçu des services. Depuis janvier dernier, une dizaine de personnes se sont prévalues de l’aide médicale à mourir, qui est dispensée à la Maison Michel-Sarrazin depuis janvier dernier seulement.  

À voir aussi