/weekend
Navigation

La forêt enflammée

Rivière du Lièvre, Hautes-Laurentides | 46°28’00.3” N 75°28’01.7”W

Coup d'oeil sur cet article

L’automne est sans contredit un temps que j’adore. En raison de mon métier, je suis toujours à la recherche de lumières d’exception et les mois de septembre et octobre me comblent à souhait. Les rayons cuivrés embrasent et magnifient les paysages. Contrairement à plusieurs sujets qui me poussent à voyager au bout du monde, cette saison hautement colorée s’admire un peu partout. Parmi les régions que je préfère au Québec, les Laurentides figurent au sommet du palmarès en cette période de l’année. J’affectionne particulièrement les Hautes-Laurentides, plus précisément là où la 15 nord devient la 117 nord. Les touristes en quête de couleurs fréquentent peu cet endroit. Or, les paysages dégagent un caractère plus naturel. La rivière du Lièvre, nommée ainsi en 1686 par Pierre de Troyes, constitue un affluent majeur de la rivière des Outaouais. Elle parcourt le territoire sur plus de 330 km. Autrefois, cette rivière était empruntée par les voyageurs, les coureurs des bois, les missionnaires, soit pour descendre vers l’Outaouais ou monter vers les Hautes-Laurentides. Maintenant, le plan d’eau attire les passionnés d’excursions nautiques. À bord de mon canot, les flots me portent dans la lumière chaude de l’été indien. Manier l’aviron sur cette majestueuse route d’eau, c’est canoter au cœur de l’histoire. Au moment où le soleil tombe sous l’horizon, j’ai l’impression de me retrouver au beau milieu d’une forêt enflammée !


Appareil : Canon 6D

Objectif : EF70-200mm f/4L IS USM

Exposition : 1/80s à f/8

ISO : 250