/sports/opinion/columnists
Navigation

Payer pour de la qualité

Campeau payer qualite
Photo courtoisie Selon Rudy Vendittelli, de la boutique spécialisée Dante Sports de Montréal, une arme à poudre noire de qualité, normalement plus dispendieuse, procurera une précision accrue à longue portée.

Coup d'oeil sur cet article

Contrairement à l’ensemble des carabines et des fusils qui proposent des performances similaires, il s’agit d’une tout autre histoire pour les armes à chargement par la bouche.

Les fusils à poudre noire, comme on les appelle de façon erronée, car ils tirent une balle unique, devraient plutôt porter le nom de carabine à poudre noire.

Bien que ces flingues de calibre .50 (12,7 mm) ou .45 (11 mm) soient un peu moins populaires depuis qu’il est permis de chasser avec un fusil à certains endroits, sachez que de nombreux adeptes les utiliseront pour prélever un orignal lors de périodes spécifiques, à la fin octobre dans les zones 1, 2 et 10 est. Il en est de même, présentement, dans une vingtaine de zones pour le cerf de Virginie.

Un spécialiste 

Un des plus importants détaillants indépendants au Québec, Dante Sports, a pignon sur rue dans la Petite Italie, à Montréal, depuis 65 ans. Rudy Vendittelli dirige de main de maître cette entreprise familiale depuis 1981. Voici l’essentiel de ses propos au sujet des armes à chargement par la bouche.

Il existe plusieurs modèles sur le marché. En règle générale, les versions avec canon de 24 à 26 pouces sont les plus populaires, mais elles permettent des performances se limitant aux alentours des 125 verges. Des armes qui se détaillent entre 300 et 700 $, comme les Thompson Center Impact, les CVA Wolf et les Traditions Buckstalker XT, proposent un excellent rapport qualité-prix.

Pour les longues distances, jusqu’à 300 verges et même plus, Rudy recommande à sa clientèle le CVA Paramount ou le Thompson Center Encore Pro qui se vendent à plus de 1300 $. « Une arme de qualité bien chambrée avec un canon de 28 à 30 pouces propose des rendements qui se démarquent et des tirs plus précis et plus éloignés ». 

Explosif

La poudre noire originale, encore utilisée par certains puristes, avec des fusils à percussion ou à pierre de type Flint, est très salissante et surtout corrosive.

De nos jours, des poudres comme la Pyrodex ou la Black Horn sont plus propres et engendrent moins de dégradation ou de rouille. Les amateurs préfèrent toutefois maintenant les produits sous forme de pastilles de 50 grains, comme la Triple Seven. Elles sont plus faciles à utiliser et demandent moins de manipulation.

Une amorce Federal ou Remington 209 déclenchera la mise à feu et la détonation. 

Ogive

Les boulets les plus populaires, comme les Hornady 300 XTP, Barnes Expander MZ, Power Belt CVA, etc., pèsent entre 240 et 300 grains. « Je recommande aux chasseurs de gros gibiers d’opter pour les boulets les plus lourds, de 300 grains, car ils offrent une trajectoire stable et plane, une meilleure pénétration et une force de frappe accrue », précise Rudy. 

La bonne dose

« Il n’y a pas de trucs miraculeux. L’amateur doit découvrir la recette adéquate au niveau de l’amorce, de la poudre et du boulet. Chaque carabine, peu importe la marque, réagit différemment au niveau des mix et des performances qui en découlent », explique ce vieux routier.

Les nouveaux initiés peuvent évidemment se fier aux conseillers en boutique, à d’autres personnes possédant le même type d’arme ou au site internet du fabricant. Ils doivent toutefois expérimenter par eux-mêmes pour trouver le meilleur amalgame. Une fois que vous aurez la bonne formule, réutilisez-la à répétition. Il est même recommandé de faire une indication, sous forme d’un repère quelconque, sur la tige de chargement (ramrod) pour assurer une certaine constance au niveau de la pression qu’on doit appliquer sur le boulet.

Impératif

Pour maximiser les performances et la précision, le tireur doit brosser le canon après chaque mise à feu, car la poudre et les boulets avec leur sabot vont encrasser les rainures internes. Il doit toujours insérer la brosse de laiton de la chambre de détonation vers la bouche du canon. Il ne faut pas opter pour un mouvement de va-et-vient qui ramènerait inévitablement toutes les saletés vers le mécanisme. Une fois que la brosse apparaît, on la dévisse, on retire la tige de nettoyage vers le bas et on revisse le tout pour une autre opération de la sorte.

Ajustement

Tentez de grouper vos ogives à environ 2,5 à 5 cm au-dessus de la portion centrale de la cible à 50 verges. Vous saurez alors que vous pourrez exécuter des tirs jusqu’à 100 verges. Il serait même astucieux d’en effectuer à toutes les distances pour bien apprivoiser votre investissement.

Retenez que ce ne sont pas tous les télescopes qui peuvent être installés sur une carabine à poudre noire. Il faut un modèle plus robuste et spécialement conçu pour cette application.

Trucs et astuces

Plusieurs produits de nettoyage pour carabine et fusil sont fabriqués à base de pétrole. Ils ne conviennent pas pour les muzzleloader, comme on les appelle en anglais. Optez pour un nettoyant biodégradable développé par les grands manufacturiers d’armes de ce genre. 

Une fois qu’il est bien propre, lubrifiez le canon avec des tampons imbibés d’huile synthétique ou de Bore Butter pour aider le boulet à mieux glisser et pour prévenir la formation de corrosion.

Lorsque c’est possible, tirez une amorce à vide pour assécher le canon et éliminer l’humidité avant de l’utiliser.  

Après une journée de chasse, que vous ayez appuyé ou pas sur la gâchette, enlevez toutes les composantes externes pour limiter les accidents de toutes sortes.

Vérifiez souvent que l’orifice de la cheminée est libre de tous débris potentiels qui pourraient nuire à la mise à feu. Une aiguille de couture s’avère un outil idéal pour ce genre d’opération.

« Chaque année, un ou deux clients avouent avoir oublié de retirer la tige de chargement dans le canon et d’avoir fait feu par la suite », raconte à la blague ce chic type. 

Pour en savoir plus, composez le 514 271-2057 ou visitez le site dantesports.com