/news/currentevents
Navigation

Il tue son complice de cambriolage

Un groupe armé a tenté de voler un narcotrafiquant qui est lui aussi décédé lors du braquage

GEN - FODIL LAKEHAL ACCUSÉ
Photo Martin Alarie Fodil Lakehal lors de son procès en septembre.

Coup d'oeil sur cet article

Un jeune homme de 24 ans a été reconnu coupable samedi de deux homicides involontaires lors d’un braquage chez un narcotrafiquant qui s’était soldé par la mort de la cible ainsi que de son propre complice.

• À lire aussi: Elle raconte sa terreur lors d’un braquage à l’arme a feu

• À lire aussi: Un cambriolage armé tourne mal

Après plus de trois jours de délibération, le jury a déclaré Fodil Lakehal coupable, au palais de justice de Montréal, de deux homicides involontaires ainsi que de vol qualifié.

Les victimes sont le trafiquant Davis Arbour, 38 ans, et le beau-frère de l’accusé, Marc Hilary Dasilma, 41 ans.

Le trafiquant Davis Arbour tué lors du cambriolage.
Photo courtoisie
Le trafiquant Davis Arbour tué lors du cambriolage.

À la veille de Noël, en 2018, un groupe de personnes dont le Lavallois faisait partie a voulu se remplir les poches en allant voler Arbour dans son appartement, au 10e étage d’un immeuble, dans l’arrondissement Saint-Léonard.

La bande avait un plan simple qui consistait à envoyer une fille cogner pour inciter l’occupant à ouvrir la porte, entrer de force dans le domicile, employer la menace de blessure et s’enfuir avec le butin, avait expliqué le procureur de la Couronne, Me Matthew Ferguson, lors de l’ouverture de procès en septembre.

Or, leur stratégie a rapidement tourné au vinaigre puisque Davis Arbour s’est opposé à ses assaillants. Lors de l’altercation, quelqu’un aurait tiré plusieurs coups de feu atteignant mortellement le narcotrafiquant.

Un « tir ami » a également causé la mort d’un des complices du braquage, soit Marc Hilary Dasilma.

Cachée dans l’armoire

Les homicides sont survenus dans l’appartement du vendeur de drogues.
Photo courtoisie
Les homicides sont survenus dans l’appartement du vendeur de drogues.

Au procès de Lakehal, une survivante du cambriolage armé a raconté la peur vécue et le traumatisme de voir son conjoint abattu pendant qu’elle tentait de se cacher dans une armoire, d’où elle a contacté le 911.

Quand elle est sortie de sa cachette, elle a vu le corps de son copain ainsi qu’un pied dans une porte. Il s’agissait du corps inanimé de la deuxième victime, Dasilma.

« Après les coups de feu, ma vie s’est arrêtée là. Je ne voulais pas y croire, je lui ai dit [à mon copain] qu’il allait s’en sortir, que les secours s’en venaient », avait émotivement témoigné Jessica Blémur.

Argent comptant et drogue

Lorsqu’ils sont arrivés sur les lieux, les policiers ont trouvé 19 000 $ en argent comptant et divers stupéfiants, dont de la cocaïne et des méthamphétamines.

Dans cette affaire, les 12 jurés n’avaient pas à déterminer le rôle de l’accusé, mais plutôt « si des lésions corporelles étaient objectivement prévisibles dans les circonstances ».

Ils en sont donc venus à la conclusion qu’il s’agissait d’un braquage comportant un haut risque. Le juge Daniel Royer présidant le procès a rejeté samedi la demande de la Couronne, qui souhaitait l’incarcération immédiate de Lakehal. Pendant les procédures judiciaires, l’accusé a reconnu avoir brisé ses conditions à au moins une reprise en consommant de l’alcool alors que cela lui était interdit, a exposé Matthew Ferguson.

Le magistrat a tout de même resserré les conditions de mise en liberté de l’accusé. 

Il a notamment été assigné à son domicile 24 heures sur 24, sauf pour certaines exemptions, comme pour se présenter à la cour.

Pour promener son chien

Par ailleurs, le voleur de 24 ans a réussi à obtenir deux sorties par jour d’une heure chacune afin de promener son chien à moins de 50 mètres de sa résidence.

Les observations sur la peine auront lieu le 5 novembre.

Un troisième accusé dans cette affaire subira également son procès le mois prochain.

- Avec Michaël Nguyen

À VOIR AUSSI