/sports/football/rougeetor
Navigation

Le Rouge et Or s’amuse au Stade Telus

Victoire écrasante de 45-2 sur Sherbrooke

Cristophe Beaulieu prend la pose avec ses coéquipiers après avoir réalisé une interception.
Photo Didier Debusschère Cristophe Beaulieu prend la pose avec ses coéquipiers après avoir réalisé une interception.

Coup d'oeil sur cet article

Il n’était pas question pour le Rouge et Or de perdre un deuxième match de suite contre le Vert et Or et surtout pas à son domicile. La formation lavalloise a procédé à un certain recadrage de son statut face à la formation de l’Estrie. Une performance sans bavure dans les trois phases de jeu a procuré une victoire sans équivoque de 45 à 2 à la troupe de Glen Constantin.

Dès la première séquence offensive, les 10 514 spectateurs réunis au Stade Telus ont pu sentir la volonté de la formation locale d’établir un jeu beaucoup plus robuste que lors du premier affrontement entre les deux équipes. 

Le Rouge et Or a traversé le terrain en se servant du jeu au sol. C’est le receveur Mathieu Robitaille qui a finalement marqué le premier majeur du match après une course de deux verges en formation Wildcat. Une séquence qui a donné le ton au match.

« C’est un aspect qu’on avait possiblement délaissé un peu trop rapidement à Sherbrooke et on voulait mettre l’accent sur la course aujourd’hui [dimanche]. La ligne offensive a fait un excellent travail en étant très physique dès le début du match », mentionne l’entraîneur-chef lavallois, Glen Constantin.

Même s’il a été blanchi de la feuille de pointage pour les majeurs, le porteur de ballon Joanik Masse a été la principale vedette de la première demie en totalisant 11 courses pour 120 verges. Il a terminé sa journée de boulot avec des gains de 154 verges par la voie terrestre. 

« J’ai l’air d’avoir donné le ton au match parce que c’est moi qui portais le ballon, mais la ligne à l’attaque a fait une super job. Ils ont fait des bons blocs et j’avais la voie libre pour courir », mentionne le numéro 19, qui assure qu’il ne porte pas beaucoup d’attention à ses statistiques personnelles.

Cristophe Beaulieu prend la pose avec ses coéquipiers après avoir réalisé une interception.
Photo Didier Debusschère

C’est véritablement au deuxième quart que le Rouge et Or a appuyé sur l’accélérateur pour se distancer de ses opposants. Mathieu Robitaille a inscrit son deuxième majeur de la rencontre sur sa deuxième course du match, puis Kevin Mital a inscrit le premier de ses deux touchés pour porter la marque à 23 à 0 à la demie. 

Des miettes

La défensive du coordonnateur Marc Fortier a joué avec l’aplomb des dernières rencontres. Elle n’a pas concédé de majeur à ses adversaires depuis les 14 derniers quarts et s’est même permis deux interceptions dans la rencontre. Une performance étincelante que Glen Constantin a appréciée. 

Cristophe Beaulieu prend la pose avec ses coéquipiers après avoir réalisé une interception.
Photo Didier Debusschère

« On jouait un peu sur les talons en début de saison et je pense que nos athlètes connaissent mieux leurs responsabilités », a-t-il souligné.

Rouleau compresseur

La deuxième demie a donné lieu à une copie de la première demie. Le Rouge et Or a ajouté le deuxième touché de Kevin Mital, qui mène le circuit du RSEQ avec huit, et deux autres touchés par la voie terrestre de Luca Perrier. Laval a terminé la rencontre avec 502 verges en attaque, contre seulement 113 pour Sherbrooke. 

Match pour la première place

Par cette victoire contre Sherbrooke, l’Université Laval s’est assurée de terminer au deuxième rang du classement du RSEQ. La troupe de Glen Constantin a cependant les yeux sur le premier rang, qui sera décidé au CEPSUM, contre les Carabins.

Le match de dimanche prochain sera le dernier match de saison régulière du Rouge et Or. Laval doit battre Montréal par au moins deux points pour s’assurer du championnat de saison régulière.

Un match à oublier pour Sherbrooke 

L’entraîneur-chef Mathieu Lecompte n’était évidemment pas heureux de la rencontre de sa troupe à Québec, mais il préférait s’attarder sur la suite des choses pour son équipe plutôt que de s’apitoyer sur son sort.

« Il n’y a pas vraiment de positif à tirer présentement. On a frappé une très bonne organisation et il faut se retrousser les manches. Il faut s’assumer dans tout ça parce que c’est la même équipe qu’on a vue à Sherbrooke. »

Même si le pilote sherbrookois ne voulait pas se servir des blessures pour expliquer la grande différence entre les deux rencontres face à Laval, il a tout de même effleuré le sujet.

« C’est certain que ça n’a pas été facile de ce côté. On a perdu notre quart-arrière partant Anthony Robichaud au deuxième quart, et notre receveur William Marchand connaissait un très bon début de match avant sa blessure. C’est parfois plus facile de s’ajuster contre des formations moins profondes, mais c’était difficile de changer le plan de match à ce point. »

Lecompte a également profité de l’occasion pour faire un clin d’œil aux jeunes joueurs de football de Québec pour essayer de combler une profondeur qui manque encore à sa formation. 

« Il y a une superbe cohorte de recrutement dans la région de Québec et on est dans le décor avec plusieurs de ses athlètes. On est là parce qu’on offre une opportunité que certaines institutions ne peuvent pas offrir à ces jeunes dans leur propre ville. Oui, il y a eu une différence au tableau indicateur, mais c’est aussi une occasion pour jouer plus rapidement. » 

Repos attendu

La troupe de l’Estrie s’en va en semaine de congé et le pilote avoue bien honnêtement qu’elle est la bienvenue.

« C’est une semaine d’examen à l’université et on est un peu maganés. On va donner un répit à nos athlètes et on va se remettre au travail par la suite avec des solutions pour nos joueurs. De toute façon, il y a de bonnes chances que notre chemin passe par ici pour la suite des choses. »

Une arme secrète ? 

Le receveur de passes Mathieu Robitaille est capable de tout faire sur un terrain de football et il est utilisé à toutes les sauces par le coordonnateur offensif Justin Éthier. Après avoir lancé une passe de touché plus tôt cette saison, il a profité de la visite du Vert et Or pour inscrire deux touchés comme porteur de ballon.

« Je pense que les entraîneurs ont vu ce que j’étais capable de faire. Cela a commencé durant les entraînements, et Justin est arrivé avec cette idée. Tant que ça va bien, ça va bien et je suis juste content de participer », avoue le receveur de passes finissant avec un grand sourire.

L’importance de s’amuser

Le produit des Titans de Limoilou est revenu sur un concept qu’on oublie trop souvent avec les étudiants-athlètes. 

« Ça reste qu’on joue au football pour s’amuser. Chaque fois que j’ai la chance de lancer une passe ou courir avec le ballon, je vais le faire. J’aime vraiment ça et ça fait seulement ajouter un atout additionnel à mon jeu. »

Un retour tranquille

Le receveur de passes Jonathan Breton-Robert est loin d’avoir eu son meilleur match dans l’uniforme lavallois puisqu’il n’a pas réussi à noircir la feuille de pointage. Il a seulement été utilisé en seconde demie, mais le vétéran ne semblait guère s’en soucier.

« Je me sens vraiment bien et j’attendais ça depuis le début de l’année. Je n’ai ressenti aucune douleur et je suis vraiment content. »