/entertainment/movies
Navigation

Les cinémas retrouvent peu à peu leur rythme de croisière

SPAIN-CULTURE-CINEMA
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les propriétaires de cinémas commencent à voir la lumière au bout du tunnel. Même si la fréquentation n’a pas encore atteint les niveaux de la période prépandémie, les cinémas du Québec enregistrent une augmentation graduelle de leur achalandage depuis le début de l’automne. 

« Ça s’en va dans la bonne direction, observe le président-directeur général des Cinémas Beaubien, du Parc et du Musée, Mario Fortin.

« On n’a pas encore le niveau de fréquentation d’il y a deux ans, mais on s’en approche de plus en plus. »

Même son de cloche du côté d’Éric Bouchard, coprésident de l’Association des propriétaires de cinémas du Québec :

« Ce que je constate, c’est qu’on augmente progressivement, se réjouit-il prudemment. C’est difficile de prédire à quel moment on va atteindre les mêmes niveaux qu’en 2019. Est-ce que ça va être aux Fêtes ? Est-ce que ça va être avant, après ou jamais ? Je ne sais pas. Mais quand je regarde les chiffres du week-end qui vient de passer, je trouve beaucoup de signes encourageants. »

Abondance de films

Cette embellie, on la doit évidemment à la reprise des représentations au maximum de la capacité des salles, depuis le 8 octobre, mais aussi à l’abondance de films rassembleurs qui défilent sur les grands écrans depuis la fin de l’été. Avec la pluie qui est tombée samedi passé et la popularité de films comme Mourir peut attendre (le nouveau James Bond), Halloween tue, Maria Chapdelaine et Les oiseaux ivres, les salles de la province viennent de connaître leur fin de semaine la plus achalandée depuis des lunes. 

« Nous avons connu un automne exceptionnel et le beau temps a fait en sorte que la jauge n’a pas changé grand-chose pour nous en termes d’affluence, mais en fin de semaine, il a plu et nous avons eu de belles salles comme on n’en avait pas eu depuis longtemps », note Robin Plamondon, copropriétaire des cinémas Le Clap, à Québec.

Contrairement à certains producteurs de spectacles qui ont décidé de maintenir la distanciation dans les salles afin de rassurer les spectateurs les plus craintifs, la plupart des propriétaires de cinémas de la province ont fait le choix d’opérer au maximum de la capacité des salles depuis le 8 octobre. Mais comme c’est souvent le cas au cinéma, les salles sont rarement pleines et la distanciation se fait naturellement.

« Si je regarde aujourd’hui [lundi], par exemple, les salles ne sont pas pleines au Beaubien pour les représentations en après-midi, indique Mario Fortin. Il y a donc une distanciation naturelle qui se fait. Samedi soir, on a eu quelques séances complètes pour Les oiseaux ivres et ça s’est très bien passé. Les gens étaient assis les uns à côté des autres, mais avec leurs masques. Ils étaient contents d’être au cinéma tous ensemble. »

Avec la collaboration de Cédric Bélanger 

Cinq films populaires au Québec cet automne   

  • Mourir peut attendre : 2,3 M$ 
  • Venom : Ça va être un carnage : 1,6 M$ 
  • Shang-Chi et la légende des dix anneaux : 2,5 M$ 
  • La Pat’ Patrouille : le film : 1,9 M$  
  • Maria Chapdelaine : 767 652 $  

Source : Cineac

À VOIR AUSSI