/opinion/columnists
Navigation

La tentation militaire du numéro 1 chinois

La tentation militaire du numéro 1 chinois
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Quel est le plus grand succès cinématographique de 2021 ? Parions que vous n’en avez pas entendu parler. Il s’agit de La bataille du lac Changjin. Un film chinois qui en deux semaines a amassé 633 millions de dollars américains au box-office. Loin devant le dernier James Bond.

Ce film à très grand déploiement dégouline de patriotisme antiaméricain. Il raconte comment une bataille, celle du lac Changjin, aurait changé le cours de la guerre de Corée. Comment contre toutes attentes les troupes chinoises ont vaincu celles menées par les États-Unis.

  • Écoutez la chronique de Loïc Tassé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Le problème n’est pas de tourner des films chinois ultra-patriotiques. Après tout, bien des pays font la même chose pour glorifier leur armée. 

Le problème n’est pas même dans les mensonges du film. Que Mao Zedong ait profité de la guerre de Corée pour transformer en chair à canon les centaines de milliers de soldats chinois du régime précédent et ainsi s’en débarrasser ne peut pas être expliqué dans le film. Ni non plus que c’est la Corée du Nord qui a attaqué la Corée du Sud, comme l’ont prouvé les archives de l’Union soviétique lorsqu’elles ont été ouvertes. La vérité sur la guerre de Corée est depuis longtemps cachée aux Chinois, comme aux Nord-Coréens.

Devoir patriotique

Le problème est que visionner ce film est presque devenu un devoir patriotique. Les unités de travail organisent des sorties au cinéma pour que leurs membres puissent aller voir ce film. Or, les unités de travail sont aux ordres du Parti communiste chinois. Facile de devenir le film le plus regardé au monde avec un pareil soutien.

Le nationalisme chinois, qui pourtant a atteint des niveaux très élevés, continue à être alimenté par le gouvernement.

Jusqu’où ira encore le gouvernement de Xi Jinping, le numéro 1 du régime, dans son obsession pour modeler la pensée des Chinois ?

Nationaliser la parole

Ces derniers jours, les Chinois expatriés ont reçu un ordre troublant. Ils ne peuvent plus discuter, dans leurs messages internet à destination de la Chine, de sujets qui concernent l’étranger, qu’il s’agisse de politique, de science, de sport ou d’art. S’ils veulent quand même continuer à le faire, ils doivent enregistrer leurs comptes internet comme propriété nationale de la Chine. 

Le gouvernement chinois cherche ainsi à « nationaliser » la parole de ses citoyens. Une façon supplémentaire de contrôler l’information.

Xi Jinping se sert très probablement du nationalisme à outrance et du contrôle tous azimuts des Chinois pour cimenter son pouvoir. 

Mais la remaoïsation du pays qu’il tente d’imposer déplaît aux partisans des réformes de Deng Xiaoping et probablement à la plupart des gens.

Pire, les critiques sur la nullité de Xi et de son équipe continuent à percer dans la société chinoise.

Dans ce contexte, la tentation pour Xi de lancer une grande confrontation militaire augmente rapidement. C’est le plus grand danger pour Taïwan.