/news/currentevents
Navigation

Mukendi déjoue aussi le fisc

Le pasteur n’a pas payé ses créanciers malgré une faillite en 2018

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir dupé le système judiciaire et le Service de police de la Ville de Québec en prenant la poudre d’escampette au lieu de purger une peine de prison de 8 ans pour agressions sexuelles sur une mineure, Paul Mukendi s’est aussi faufilé entre les mailles du fisc, à qui il n’a jamais payé ses dettes, malgré sa faillite.

• À lire aussi: La conjointe du pasteur Paul Mukendi a été appréhendée

• À lire aussi: Paul Mukendi en cavale: un procès sans l’accusé?

C’est ce qu’a confirmé au Journal le syndic responsable de la faillite du révérend Paul Mukendi, LeBlond & Associés inc.

Celui qui s’autoproclame « l’apôtre de Québec » et qui demeure introuvable devait lors de sa faillite plus de 432 597 $ à Revenu Québec et à l’Agence du revenu du Canada. De ce montant, sa dette fiscale québécoise s’élevait à plus de 212 000 $. 

Toujours en faillite

Le pasteur du Centre évangélique Parole de Vie a déclaré faillite le 22 mai 2018, alors que ses créanciers lui réclamaient plus de 800 000 $.

Selon le jugement de la Cour supérieure, le syndic n’a pu redonner que 2000 $ aux créanciers, grâce à la vente d’objets saisis dans sa résidence, dont plusieurs montres.

Le pasteur du Centre évangélique Parole de Vie, Paul Mukendi, a déclaré faillite en mai 2018. Il n’a pas payé, en juin dernier, sa libération pour être exempté de ses dettes. Il demeure à ce jour introuvable et avait fait une apparition sur Facebook en septembre (photo).
Capture d'écran, Facebook
Le pasteur du Centre évangélique Parole de Vie, Paul Mukendi, a déclaré faillite en mai 2018. Il n’a pas payé, en juin dernier, sa libération pour être exempté de ses dettes. Il demeure à ce jour introuvable et avait fait une apparition sur Facebook en septembre (photo).

Qui plus est, en juin dernier, le pasteur n’a pas payé sa demande de libération de faillite, s’élevant à 5000 $, lors de sa comparution devant la registraire des faillites.

« C’est comme s’il n’avait jamais fait faillite », illustre le syndic au dossier, Stéphane LeBlond, ajoutant du même souffle que de tels cas sont très « marginaux ».

« Comme il n’a pas payé, et qu’il est disparu, on va fermer notre dossier. Et on va aviser tous les créanciers que le failli n’est pas libéré et ils pourront à ce moment-là prendre les procédures qu’ils désirent ou qu’ils estiment appropriées pour récupérer leurs créances », explique M. LeBlond.

Peut-être d’autres Saisies

Toutefois, s’il se manifeste au pays et que ses principaux créanciers, soit Revenu Québec et l’Agence du revenu du Canada, le retrouvent, le pasteur pourrait voir ses biens et son revenu être saisis, tant qu’il ne paie pas sa libération, soutient M. LeBlond.

En 2018, la résidence du pasteur, située sur la rue Lacomblé, à Beauport, avait notamment été saisie par Revenu Québec.

Mandat d’arrestation

Un mandat d’arrestation est toujours en vigueur contre le pasteur Mukendi, qui nargue les autorités en multipliant les apparitions en direct sur Facebook depuis sa disparition.

Mukendi devait se livrer aux autorités avant le 20 août dernier avant 15 h, pour être amené en prison.

Lors d’un appel du Journal à sa nouvelle résidence de Cap-Rouge à la fin septembre, une dame a affirmé qu’il se trouvait au Congo.

Il n’y a toutefois aucun traité d’extradition entre le Canada et le Congo.

Selon des avocats spécialisés en la matière, il pourrait ainsi être « très laborieux » de le ramener au pays afin qu’il soit incarcéré.

Avare de commentaires, le Service de police de la Ville de Québec indique que l’enquête « est toujours en cours » pour tenter de le retrouver.

Extraits des rapports de Revenu Québec (mai 2018)   

  • Le Centre évangélique Parole de Vie comprend entre 60 et 200 membres, dont 100 membres réguliers qui fréquentent l’église et qui doivent donner 10 % de leur salaire annuel, auquel est ajouté 5 % de pénalité si toutefois le versement de la dîme est versé en retard ou est insuffisant.   
  • Le Centre s’est doté d’un terminal TPV qui circule entre les rangées, lors des célébrations religieuses, afin que les membres puissent faire des dons et payer leur dîme.    
  • L’analyse des transactions bancaires confirme que M. Paul Mukendi Wa Bukole s’approprie des sommes importantes, destinées initialement au Centre évangélique Parole de Vie, pour ses besoins personnels.    
  • Le contribuable a omis de déclarer une partie importante de ses revenus pour les années d’imposition 2012 à 2016 inclusivement, soit 88 % de ses revenus.    
  • Entre le 17 janvier 2012 et le 27 mars 2017 [...] Les opérations suspectes qui ont été retracées par le CANAFE [le Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada] totalisent 95 588,98 $.      
  • M. Paul Mukendi Wa Bukole a constitué un groupe de pasteurs et de membres privilégiés qui transigent des montants avec des gens, provenant en majorité du Congo, par le biais de comptes Western Union.  
  • Le centre émet des reçus d’impôt pour les dons et les dîmes, mais lorsque les gens reçoivent leur remboursement d’impôt, ils se doivent de remettre une partie de ce montant qu’a généré le reçu.   

À voir aussi        

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.