/news/currentevents
Navigation

Une mère et son fils périssent sur une route à problèmes

Des citoyens suggèrent d’abaisser la limite de vitesse à l’Ange-Gardien

FD-COLLISION-ANGE-GARDIEN
Photo Agence QMI, Thierry Laforce Geneviève Lapointe et son fils Isaac ont perdu la vie samedi lors d’une collision avec une camionnette rouge survenue sur la route 235, en Montérégie.

Coup d'oeil sur cet article

Une mère de 45 ans et son jeune fils ont perdu la vie samedi soir dans un face-à-face survenu en pleine averse sur une portion de la route 235 jugée dangereuse par des résidents d’Ange-Gardien, en Montérégie. 

Geneviève Lapointe circulait à bord d’un VUS blanc avec son garçon de 8 ans, Isaac, lorsque son véhicule est entré en collision avec une camionnette vers 19 h 15. L’une des deux voitures aurait dévié de sa voie près de l’intersection avec le rang Séraphine, selon la Sûreté du Québec (SQ). 

« Il pleuvait à boire debout. Nos essuie-glaces fonctionnaient au maximum, ce n’était vraiment pas beau. D’autant plus que c’est mal éclairé dans ce coin-là, donc on voyait encore moins », a raconté Myriam, qui était à quelques mètres derrière le pick-up rouge.

L’automobiliste a vu l’accident se produire sous ses yeux.

Le véhicule avec la mère de Farnham et son fils à bord a pris feu sous la force de l’impact. Les deux passagers ont succombé à leurs blessures à l’hôpital.

Mère dévouée

Geneviève Lapointe et son fils Isaac.
Photo courtoisie
Geneviève Lapointe et son fils Isaac.

« C’était une maman dévouée pour ses enfants et elle avait un amour inconditionnel pour nous. Isaac était un garçon avec une grande joie de vivre et un sourire contagieux », a simplement commenté Marie-Soleil Major, la fille de Geneviève Lapointe, toujours ébranlée. 

Le conducteur de la camionnette a aussi été transporté vers un hôpital, mais sa vie est hors de danger.  

  • Écoutez le tour des actualités de Philippe-Vincent Foisy et Carl Marchand sur QUB Radio:   

« La limite est de 90 km/h alors que la route est très passante et qu’il y a une intersection tout aussi achalandée », a expliqué Benjamin, dont le terrain se termine à moins de cinq mètres du lieu de la collision fatale.

Le père de famille souhaite d’ailleurs interpeller les députés de la région afin de faire abaisser la limite de vitesse sur cette portion de la route, qu’il qualifie de hautement problématique comme plusieurs citoyens rencontrés par Le Journal.

« C’est tragique et ça nous préoccupe. On veut voir s’il y a des solutions et si la situation est prise au sérieux », a ajouté sa conjointe Stéphanie Meunier.  

Impatience et vitesse

Leur voisine d’en face, Diane, a raconté que depuis les 40 dernières années, elle ne compte plus le nombre d’accidents qui se sont produits devant chez elle.

L’an dernier, son véhicule qui était stationné dans sa cour a été embouti par une voiture qui n’a pas fait son arrêt obligatoire à l’intersection du rang Séraphine et de la route 235. Un panneau clignotant lumineux a depuis été installé, mais cela est loin d’avoir réglé le problème, estime-t-elle.

« L’impatience des gens à l’intersection qui finissent par s’engager en coupant une voiture ainsi que la vitesse sur cette route, c’est complètement fou », a déploré Diane.

Dans le secteur, une quarantaine d’accidents ont fait 17 blessés entre 2014 et 2019 selon notre Bureau d’enquête.

L’enquête de la SQ afin de comprendre les circonstances de la collision survenue samedi est toujours en cours.

À VOIR AUSSI...