/news/education
Navigation

Hausse de 17% dans les CPE: «ça vient vraiment mettre fin à nos garderies privées»

Coup d'oeil sur cet article

Les garderies privées ont de la difficulté à garder leurs employés depuis l’annonce du ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, d’augmenter le salaire des éducatrices au public de 17%.

• À lire aussi: Le modèle québécois craque de partout

• À lire aussi: Salaire des éducatrices: «le gouvernement a été très ratoureux»

• À lire aussi: Garderies privées non subventionnées: journées de protestation les 20 et 21 octobre

Résultat, l’industrie est en péril puisque des dizaines d’éducatrices quittent le système privé vers le public pour obtenir ce boni.

«Avec cette annonce-là, il n’y a plus rien à faire. Quand même que les propriétaires de garderie privée voudraient offrir la même hausse salariale. Au privé, ce qui arrive c’est que si je vais dire à mes éducatrices que j’augmente leur tarif par heure, je dois aller chercher directement dans les poches des parents», explique Caroline Létourneau, propriétaire de la garderie Montessori Beauce.

Pour l’instant, les parents de cette garderie doivent débourser un tarif de 51$ par jour et une augmentation supplémentaire ne risque pas d’être acceptée par ses clients selon elle.

«D’ici une semaine, je dois annoncer à 160 parents la fermeture de mon service de garde», raconte la propriétaire de la garderie Montessori Beauce.

Cette propriétaire a déjà vu partir quatre de ses employés depuis le début de la semaine vers le système public.

Voyez son cri du cœur à l’émission À Vos Affaires dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.