/news/society
Navigation

Hors de question de limiter les hausses de tarifs d’électricité

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault assume la forte hausse des tarifs d’électricité prévue pour l’an prochain et estime que les contribuables paieront, à terme, le juste prix.

• À lire aussi: Les oppositions veulent un gel des tarifs d’Hydro-Québec

« Nos tarifs vont être prévisibles à l’inflation. Donc, il y a une cohérence dans l’augmentation des coûts de la société d’État et l’augmentation des tarifs », a affirmé le ministre des Ressources naturelles, Jonatan Julien.  

Le ministre des Ressources naturelles, Jonatan Julien
Photo d'archives Stevens Leblanc
Le ministre des Ressources naturelles, Jonatan Julien

Le Journal rapportait lundi qu’après l’épicerie et l’essence, le coût de l’électricité aussi ferait mal aux familles, avec une hausse du tarif résidentiel qui grimpera de presque 3 % l’an prochain. 

À la fin de 2019, le gouvernement de la CAQ a adopté sa loi 34 qui permet à Hydro-Québec de hausser le tarif résidentiel selon l’inflation, sans tenir compte de la Régie de l’énergie, jusqu’en 2025. 

Le ministre Julien refuse d’intervenir en gelant les tarifs, comme lui demandent les partis d’opposition. 

« Si aujourd’hui on pose un geste politique, ça veut dire qu’on s’achète un choc tarifaire en 2025 », assure le ministre. 

Cadeau empoisonné  

La cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade, estime que la hausse des tarifs d’hydroélectricité est directement liée à une décision de François Legault.  

« Il a changé les règles. On avait averti que ça aurait des conséquences sur le portefeuille des Québécois », a indiqué l’élue. 

Le chef parlementaire de Québec Solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a réitéré que la loi 34 était un cadeau empoisonné. Qu’en promettant de rembourser les trop-perçus, Québec ferait ensuite payer « plus cher » les contribuables.  

« L’augmentation de l’inflation est plus importante que prévu parce que l’inflation, par définition, ça se prédit très mal. Bien, les tarifs d’Hydro vont augmenter », a-t-il signalé.  

Appauvrir les Québécois

Le chef du Parti Québécois, Paul Saint-Pierre Plamondon, estime aussi que la hausse du tarif résidentiel est une conséquence directe de la décision du gouvernement.  

« Par la faute de la CAQ, on a enlevé le garde-fou qui est la Régie de l’énergie puis que là les Québécois sont en train de s’appauvrir parce qu’on donne des hausses », a-t-il déploré. 

À VOIR AUSSI