/news/provincial
Navigation

Transition Québec prône une économie «verte et juste»

La cheffe et candidate à la mairie de Transition Québec, Jackie Smith, avec les candidates Élisabeth Germain et Alexia Oman, lors d'une annonce en matière d'économie locale mardi matin.
Photo courtoisie Transition Québec La cheffe et candidate à la mairie de Transition Québec, Jackie Smith, avec les candidates Élisabeth Germain et Alexia Oman, lors d'une annonce en matière d'économie locale mardi matin.

Coup d'oeil sur cet article

Transition Québec ajouterait des critères de retombées sociales et environnementales dans l’octroi des contrats municipaux et les programmes de financement.

• À lire aussi: Savard talonnée sur la question de l’environnement

• À lire aussi: «M. Marchand, c’est l’homme des slogans», lance Rousseau

C’est là une des mesures préconisées par le parti municipal dans son plan pour une économie «verte et juste».

En outre, le programme de la formation politique dirigée par Jackie Smith prévoit de modifier les normes d’approvisionnement de la ville, afin de privilégier l’achat auprès des entreprises locales et collectives.

D’autre part, il propose de réduire le fardeau fiscal des entreprises d’économie sociale, en ajustant le système de taxation commerciale selon l’usage.

Transition Québec souligne que la Capitale-Nationale compte 1216 entreprises d’économie sociale, employant 22 840 personnes et représentant 8% du PIB.

Cette catégorie comprend notamment les coopératives d’habitation, les entreprises d’aide à domicile ou encore les centres de la petite enfance.

Locale et «circulaire»

«À travers le monde, de plus en plus de villes adoptent des politiques visant le développement de réseaux économiques durables. Transition Québec veut s’appuyer sur cette force pour mettre le cap sur une économie locale, solidaire et circulaire», a soutenu Mme Smith, par voie de communiqué, mardi.

L’économie circulaire est un modèle économique qui vise à prolonger le cycle de vie des produits, à optimiser l’utilisation des ressources et à limiter la production de déchets.

Sous une administration contrôlée par Transition Québec, la Ville de Québec accepterait de percevoir les paiements des services municipaux en monnaie locale, un type de monnaie citoyenne acceptée seulement par les organismes et entreprises participants. Deux sont actuellement en circulation à Québec.

En retour, la Ville pourrait également verser des avantages sociaux à son personnel avec ce genre de devise.

Autre mesure, la gestion des milieux naturels qui appartiennent à la ville serait confiée à une fiducie d’utilité sociale.

«Aussi, nous voulons donner un coup de main à l’agriculture de proximité et renforcer la sécurité alimentaire en facilitant la mise sur pied de groupes d’achats, de serres communautaires, de kiosques de fruits et légumes mobiles, de programmes de transformations alimentaires», a affirmé la candidate dans Cap-aux-Diamants Alexia Oman.

À VOIR AUSSI