/news/coronavirus
Navigation

Vers une première dose pour les 5 à 11 ans d’ici Noël

Québec demande aux régions d’être prêtes à les vacciner à partir du 1er décembre

Coup d'oeil sur cet article

Québec demande aux autorités régionales de santé de planifier la vaccination des enfants de 5 à 11 ans à partir du 1er décembre, afin qu’ils aient reçu une première dose d’ici Noël.

• À lire aussi: COVID-19: 458 nouveaux cas et deux décès de plus au Québec

• À lire aussi: COVID-19: les États-Unis «prêts» à vacciner les enfants de 5 à 11 ans dès le mois prochain

• À lire aussi: Legault souhaite la fin prochaine de la majorité des mesures sanitaires

C’est la directive qui a été récemment transmise aux régions par le ministère de la Santé, indique-t-on. Dans plusieurs d'entre elles, on affirme que les préparatifs vont bon train afin que cette consigne soit respectée. 

Cet échéancier permettrait de compléter la vaccination des enfants «au début de 2022», comme l’a indiqué mardi le premier ministre François Legault, puisqu’un minimum de quatre semaines doit s’écouler entre les deux doses. 

Mais tout dépendra de l’approbation à venir des autorités réglementaires. La décision de Santé Canada, attendue au cours des prochaines semaines, sera suivie des recommandations du Comité sur l’immunisation du Québec. 

«La priorité, c’est toujours que le produit ait plus d’avantages que d’inconvénients pour la personne elle-même», affirme son président, le Dr Nicholas Brousseau.  

«Mais on regarde aussi toujours l’ensemble du tableau et possiblement que oui, la vaccination des 5 à 11 ans pourrait avoir un impact très important sur l’ensemble de la population en freinant la propagation du virus», ajoute-t-il. 

  •   Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec Diane Lamarre, pharmacienne et professeure à la faculté de pharmacie de l’Université de Montréal sur QUB radio :

Formule hybride

Une fois le feu vert obtenu, le ministère de la Santé prévoit offrir une formule hybride, comme ce fut le cas lors de la vaccination des élèves du secondaire en juin. 

Des équipes de vaccination se déplaceront dans les écoles primaires, mais les parents qui le préfèrent seront aussi invités à se rendre avec leur enfant dans un centre de vaccination. 

Dans la région de Québec, on prévoit même aménager deux lieux spécialement pour les familles, afin de rendre l’expérience «la plus agréable possible». «On veut en faire une sortie familiale, pour que ce soit une expérience positive», affirme Mélanie Otis, porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale. 

Les détails restent à fignoler, mais un parcours thématique comprenant des surprises, de la zoothérapie et un film pendant la période d’attente qui suit l’injection sont dans les plans, ajoute-t-elle. 

Au ministère de la Santé, on précise que des formations sont présentement offertes aux vaccinateurs «afin de les sensibiliser aux différentes techniques d’approche de cette clientèle qui requiert peut-être un peu plus d’attention que les plus grands», indique son porte-parole, Robert Maranda. 

Dans le réseau scolaire, on attend aussi impatiemment l’arrivée du vaccin pour les enfants.  

«Ça va vraiment donner la bouffée d’air que le primaire a besoin. On voit les effets de la vaccination au secondaire, il y a beaucoup beaucoup moins de cas, on a plus de temps pour travailler sur les retards de nos élèves», affirme Nicolas Prévost, président de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement. 

Le Québec compte environ 650 000 jeunes de 5 à 11 ans. 

À voir aussi        

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres