/news/transports
Navigation

Dorion souligne l’absence du troisième lien dans le discours inaugural

Coup d'oeil sur cet article

La députée solidaire Catherine Dorion se demande si l’absence du troisième lien dans le discours inaugural de François Legault marque le début d’un recul du gouvernement caquiste sur son projet de tunnel autoroutier entre Québec et Lévis.

• À lire aussi: La CAQ respectera ses promesses, selon Guilbault

« Rien sur une promesse phare des dernières élections. Coudonc, peut-être qu’ils ont compris, peut-être qu’ils se sont mis à lire des études », a soulevé la députée de Taschereau lors de la période des questions au Salon bleu.

Dans une envolée lyrique qui a fait rigoler les élus caquistes, Mme Dorion a rappelé que, récemment, M. Legault faisait pourtant valoir qu’il s’agissait du « meilleur projet ».

« Le tunnel-lien le plus big de tous les temps, qui, grâce à la Coalition Avenir Québec, va sortir le monde entier du trafic pour des siècles et des siècles, tout en sauvant la planète de la crise climatique », a ironisé la députée de Taschereau.

Les travaux se poursuivent

Impassible, le ministre des Transports, François Bonnardel, a assuré que « le processus suit son cours ».

« Le Réseau express de la Capitale [REC] va voir le jour », a-t-il insisté. M. Bonnardel a souligné que ce projet de réseau, dont les détails ont été dévoilés en mai dernier, « a été étudié pendant des mois ».

Quant au tracé du tunnel, qui doit relier le centre-ville de Lévis à celui de Québec, il « a fait l’unanimité, autant de la part du maire Labeaume que du maire Lehouillier et de tous les élus ou presque », a dit le ministre.

« Si le premier ministre oublie de parler d’un projet aussi gargantuesque que le troisième lien, a renchéri Mme Dorion, de quoi d’autre il oublie de nous parler ? Du quatrième lien de Jean-François Gosselin ? »

François Bonnardel s’est à nouveau porté à la défense de son projet en reprochant à Catherine Dorion de « manquer d’ambition ».

« Je pense que la députée de Taschereau oublie de parler aux gens, les gens qui perdent une heure, 1 h 15 min, 1 h 30 min, matin et soir, qui partent de Lévis et qui veulent se rendre sur la colline, qui veulent se rendre à l’Université Laval », a déploré le ministre des Transports.

M. Bonnardel s’est, une fois de plus, engagé à répondre aux inquiétudes partagées par plusieurs citoyens devant l’ampleur du projet.

À VOIR AUSSI