/news/society
Navigation

L'inflation fait craindre le pire aux organismes communautaires

Coup d'oeil sur cet article

L’augmentation de l’indice des prix à la consommation, en hausse pour un neuvième mois de suite, fait craindre le pire aux organismes communautaires qui soutiennent du mieux qu’elles peuvent les familles en situation de précarité.

• À lire aussi: Crise du logement: beaucoup d'argent, peu d'actions

• À lire aussi: Inflation: l'augmentation des taux d'intérêt est à prévoir

L’indice des prix à la consommation annuel a atteint 4,4% au Canada, en septembre, atteignant du coup son niveau le plus élevé depuis février 2003.

La situation est inquiétante pour les ressources communautaires. «Quand les revenus n’augmentent pas au même rythme que le coût de la vie, c’est là où il y a un écart et qu’effectivement des gens qui n’ont jamais eu besoin de soutien ou qui y arrivaient, n’y arrivent plus», a souligné Sophie Lajoie, directrice générale de l’organisme Moisson Rimouski-Neigette. 

La dame voit les conséquences de la pandémie tous les jours.

Le nombre de demandes d’aide a augmenté de 40% au cours de la pandémie et n’a jamais diminué, a-t-elle indiqué à TVA Nouvelles mercredi.

«Souvent les gens attendent au dernier moment. Donc, les appels qu’on reçoit, bien ce sont des appels urgents, des gens qui nous appellent parce que leur frigo est vide. Ils ne voient plus d’autres solutions. Mais, ils ont attendu au dernier moment, probablement parce que c’est difficile de demander de l’aide», a ajouté Mme Lajoie.

La directrice générale de l’organisme communautaire a également souligné, mercredi, que les demandes d’aide touchaient de plus en plus de nouveaux visages.

À l’Association coopérative d'économie familiale de la péninsule, une augmentation du nombre d’appels est également attendue, a fait part sa directrice générale, Élaine Guilbault. «On s’attend à voir des gens qui ne viennent pas nous voir d’habitude, donc, monsieur, madame Tout-le-monde».

«Lors de la crise économique de 2008-2009, à ce moment-là il y a eu une hausse de demandes dans les banques alimentaires et les gens à l’époque pensaient que c’était ponctuel. Finalement, cette hausse-là est demeurée», a précisé Sophie Lajoie.

Le prix du transport (+9,1%), le coût des logements (+4,8%) et le prix du panier d’épicerie (+3,9%) ont contribué à la croissance de l’inflation, selon ce qu’a révélé Statistique Canada.