/news/politics
Navigation

Reconnaissance territoriale : une «erreur» du CH, selon Ian Lafrenière

SPORTS-HOCKEY-CANADIEN-SHARKS
Photo Ben Pelosse Mardi soir avant le match contre les Sharks de San Jose, la direction du Canadien a diffusé sur le tableau indicateur un message visant à reconnaître le territoire mohawk non cédé.

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien commet une « erreur » avec la diffusion d’un message de reconnaissance du territoire mohawk non cédé avant le début de ses matchs, estime le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière.

• À lire aussi: Reconnaissance territoriale: le Groupe CH envisage d'apporter des précisions

• À lire aussi: Canadien: un hommage aux premières nations

« Spécifiquement pour Montréal, on ne s’entend pas au niveau historique sur qui était là en premier, c’est là que c’est compliqué », a-t-il souligné en mêlée de presse à l’Assemblée nationale, mercredi.

<strong>Ian Lafrenière</strong><br><em>Ministre des Affaires autochtones</em>
Photo courtoisie, Josie Desmarais
Ian Lafrenière
Ministre des Affaires autochtones

Dans le contexte où les espaces revendiqués par les différentes nations autochtones se chevauchent « à plusieurs endroits au Québec », mieux vaut éviter d’y aller avec la reconnaissance de territoires spécifiques, a-t-il expliqué.

« Une chose de positive, c’est que ça nous permet d’en parler, parce que c’est important de reconnaître l’apport des Inuits, des Premières Nations qui étaient là avant nous », a-t-il dit.

« Le Canadien souhaite reconnaître les Kanien’keha:ka, également connus comme la Nation mohawk, pour leur hospitalité sur le territoire traditionnel et non cédé où nous sommes réunis aujourd’hui », indique toutefois le message lu depuis samedi dernier par l’annonceur officiel du CH, Michel Lacroix, au Centre Bell.

Des remous

Une initiative qui a causé des remous à l’Assemblée nationale, mardi. D’un côté, on salue le geste alors que de l’autre, on accuse l’équipe de déformer les faits.

C’est que plusieurs historiens remettent en question la présence permanente de la nation mohawk à Montréal au moment de la colonisation française, au 17e siècle.

Mardi, le Groupe CH a précisé au Journal de Montréal qu’il validerait avec des experts la possibilité d’apporter des précisions à la reconnaissance du territoire mohawk non cédé diffusée avant chaque match.

À VOIR AUSSI