/entertainment/tv
Navigation

«Être famille d’accueil»: un don du cœur

«Être famille d’accueil»: un don du cœur
PHOTO COURTOISIE MOI ET CIE

Coup d'oeil sur cet article

Devenir famille d’accueil, s’occuper avec amour et bienveillance de petits êtres parfois brisés, qui ne sont pas les nôtres, exige un don de soi et une ouverture du cœur peu communs. Une réalité à laquelle MOI ET CIE nous sensibilise avec l’émouvante série documentaire «Être famille d’accueil». 

Nancy Audet a elle-même connu la violence physique et psychologique dans son enfance, et été prise en charge par la DPJ à neuf ans, quand sa mère, déçue de n’avoir pas accouché d’un garçon, a déclaré: «Je n’en veux plus, de cette enfant-là». La petite Nancy s’est alors retrouvée en famille d’accueil.

«Être famille d’accueil»: un don du cœur
PHOTO COURTOISIE MOI ET CIE

Et la voilà aujourd’hui sereine, elle-même maman épanouie, portant cette émission s’étalant sur 10 semaines, «Être famille d’accueil», qui, dès le premier épisode, touche droit au cœur.

Beau sacrifice

L’ex-animatrice de TVA Sports part ainsi à la rencontre de cinq familles d’accueil, où respirent la générosité et le souci de l’autre.

«Être famille d’accueil»: un don du cœur
PHOTO COURTOISIE MOI ET CIE

Chez Geneviève Rioux, qui tient ce rôle de maman de coeur depuis 16 ans, cohabitent 10 enfants, trois biologiques et sept «placés» par la DPJ, âgés de 3 à 19 ans. Il faut assister à son opération de confection des lunchs de toute la marmaille, au petit matin, pour comprendre l’ampleur de sa tâche!

Cette diplômée en éducation spécialisée se réjouit de voir aujourd’hui l’aînée de son clan, Francesca, 19 ans, achever sa scolarité et sa formation en mécanique automobile, dont elle rêvait depuis le début du secondaire. Le grand bonheur de Geneviève Rioux dans cette aventure parfois périlleuse de famille d’accueil? Observer les yeux des enfants, d’abord éteints, se rallumer au fil des mois et des années, avec toute l’attention nécessaire.

«Je ne garde pas des enfants. J’élève les enfants des autres, parmi mes enfants (...) Tout est sacrifié, mais c’est un beau sacrifice», estime Geneviève Rioux.

Puis, chez le couple formé de Danielle et Marie-Pier, c’est autour du petit poulailler que huit gamins s’ébattent, certains adoptés par les deux femmes, d’autres sous tutelle ou «placés» jusqu’à leur majorité. Chez elles, une véritable fratrie s’est créée entre les enfants, sans égard aux liens biologiques entre chacun.

«Être famille d’accueil»: un don du cœur
PHOTO COURTOISIE MOI ET CIE

Un hiver riche

MOI ET CIE – qui a enregistré cet automne une hausse d’auditoire de 14 % chez les 25 – 54 ans, et de 25 % chez les 18-34 ans, selon les données de Numeris – vient aussi d’annoncer quatre nouveautés à venir sur ses ondes à l’hiver et au printemps 2022.

Dans «Projet innocence Québec», Marie-Claude Barrette fera découvrir cet organisme voué à la défense et la promotion bénévoles des droits des victimes d’erreurs judiciaires. On y verra l’envers de la médaille de plusieurs causes ayant défrayé les manchettes dans les dernières années.

On retrouvera les adorables jeunes protagonistes d’«Autiste, bientôt majeur» et d’«Autiste, maintenant majeur», ainsi que d’autres visages attachants, dans «Autiste, amour et amitié». À l’orée de l’âge adulte, Mathis (le fils de Charles Lafortune et Sophie Prégent), Maëlle, Laurent, Maïka, et les autres apprivoisent maintenant les relations amoureuses, familiales et amicales. Notons qu’«Autiste, bientôt majeur» est la série ayant été la plus regardée à MOI ET CIE depuis la création de la chaîne.

Le généreux Jean-Marie Lapointe, qui a fait œuvre utile avec les docu-réalités «Face à la rue» et «Fin de mois», abordera un autre sujet touchant dans «Victorieux à deux», en discutant avec des sportifs bénévoles qui accompagnent des athlètes avec des limitations physiques dans leurs activités.

Puis, son Laurent Cloutier de «District 31» maintenant bien derrière lui, Patrick Labbé sera la voix de «Ados et anxieux», où il prendra en charge un groupe d’adolescents diagnostiqués avec un trouble d’anxiété sociale, notamment au moyen d’ateliers de théâtre.

«Être famille d’accueil», le mercredi, à 20 h, dès le 27 octobre, à MOI ET CIE.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.