/news/currentevents
Navigation

Famille décimée à Beauport: le chauffard accusé reste derrière les barreaux

Coup d'oeil sur cet article

Le chauffard accusé d’avoir causé la mort de quatre membres d’une même famille sur l’autoroute Dufferin-Montmorency s’est vu refuser sa liberté, jeudi, notamment en raison du degré d’insouciance montré à l’égard d’autrui et qualifié « d’extrême » par le tribunal.

• À lire aussi - Collision mortelle à Beauport: à 130 km/h en état d’ébriété avancé

La semaine dernière, le juge Alain Morand de la Cour du Québec a entendu la preuve dans le cadre de l’enquête sur remise en liberté d’Éric Légaré, 43 ans, qui fait face à 19 chefs d’accusation, dont 12 concernant la conduite avec les facultés affaiblies causant la mort. 

Pour s’objecter à la remise en liberté de l’accusé pendant les procédures, le procureur de la Couronne, Me Pierre-Alexandre Bernard, se basait sur deux motifs, soit la protection du public et la confiance de celui-ci dans l’administration de la justice. 

Si, pour le juge, la protection du public avait pu être assurée, il en allait autrement de la confiance de celui-ci dans l’appareil judiciaire. 

« Les accusations paraissent non seulement fondées, mais la preuve est accablante et la perpétration du crime comporte plusieurs facteurs aggravants », a souligné le magistrat.

Parmi ceux-ci, la responsabilité pénale du prévenu est « entière », a noté le juge. « Aucun élément externe n’a contribué à la collision », a-t-il d’ailleurs souligné. 

L’accident du 2 septembre dernier à Beauport a fait quatre morts, dont deux enfants.
Photo Agence QMI, Guy Martel
L’accident du 2 septembre dernier à Beauport a fait quatre morts, dont deux enfants.

Soulagement

Une fois la décision rendue, Légaré a repris le chemin des cellules et les membres de la famille des victimes, sans crier victoire, se sont dits « soulagés » par cette décision. 

« Le juge a voulu défendre l’image de la justice et cette décision, aujourd’hui, lui rend honneur », a souligné Jean-Dominic Lemieux qui, dans le terrible accident, a perdu sa conjointe Shellie, sa fille Emma, son beau-fils Jackson et son beau-père James. 

« On veut que justice soit rendue, mais aussi que la population soit conscientisée », a dit Daniel Fortin, le père de Jackson, qui entend s’impliquer dans ce combat contre l’alcool au volant.

« Mon client vient de se faire dire ce que le juge, qui est un très bon juriste, a pensé des images et de la preuve alors, pour la suite des choses, ce sera à évaluer », a pour sa part commenté Me Vincent Montminy en rappelant qu’il s’agissait d’un dossier « très sensible » où « la réserve était toujours de mise ». 

À VOIR AUSSI: