/world/europe
Navigation

Paris lance un «plan vélo» pour devenir une ville «100 % cyclable»

Paris lance un «plan vélo» pour devenir une ville «100 % cyclable»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

PARIS, France | Construction de pistes cyclables, de places de stationnement sécurisées, zone à trafic limité dans le centre de Paris : la Mairie de Paris a présenté jeudi un plan vélo (2021-2026) pour faire de la capitale française une ville « 100 % cyclable ».

• À lire aussi: Les personnes les plus riches émettent plus de CO2 que les plus pauvres, selon une étude

Avec le précédent plan, doté de 150 millions d’euros (215 M$), « Paris a initié sa révolution de la mobilité », avec « une massification des usages ». Avec ce nouveau plan vélo « l’objectif, c’est de faire une ville 100 % cyclable », a indiqué à l’AFP David Belliard, adjoint écologiste responsable de la transformation de l’espace public parisien.

D’ici 2026, le maillage cyclable de la capitale comprendra 180 kilomètres de pistes cyclables sécurisées, et 390 kilomètres de « double sens cyclables », a détaillé la municipalité dans un communiqué. 

Pour réaliser cet objectif, 250 millions d’euros (359 M$) vont être investis dont 180 millions dans des infrastructures, par exemple des « grands axes qui vont irriguer toute l’île de France » (région parisienne), comme le RERV (Réseau express régional vélo) et le « Vélopolitain », un réseau de grands axes de pistes cyclables qui maillerait la ville.

Ce budget comprend notamment la pérennisation des « coronapistes », ces voies cyclables nées pendant le confinement sur de grandes artères parisiennes, ainsi qu’un marquage au sol accru, installé dans les rues pour indiquer l’existence d’une voie cyclable. 

« On a un enjeu très fort sur la sécurisation des carrefours et des portes » d’entrée dans la capitale, a ajouté M. Belliard, qui veut « résorber les coupures urbaines » en créant par exemple des carrefours à la hollandaise, qui ont des voies réservées aux vélos et aux piétons et permettent une meilleure visibilité des automobilistes.

Les villes des Pays-Bas s’affichent comme des modèles en matière de déplacements à vélo.

« Un des freins à l’usage du vélo, c’est la crainte de se le faire voler », a fait valoir l’élu parisien, estimant que la question du stationnement était « centrale ». D’ici 2026, 100 000 nouvelles places sécurisées, dont 40 000 places de stationnement surveillées pour les cycles à proximité des gares et stations de métros et trains de banlieue doivent ainsi être créées. Mais pour cela, « il faut trouver le foncier », a-t-il précisé.

Une zone à trafic limité sera en outre mise en place dans le centre de Paris, dans le but de supprimer tout le trafic de transit et réduire de moitié la circulation automobile dans la zone.

Une campagne sera également lancée pour que tous les enfants parisiens soient formés non seulement à la conduite d’un vélo, mais aussi aux règles d’usage de l’espace public. « L’objectif c’est que tous les petits Parisiens et Parisiennes sachent faire du vélo en sortant du CM2 » (entrée au secondaire, ndlr), a souhaité M. Belliard.

À l’image d’autres grandes villes, la crise sanitaire a entraîné l’explosion du nombre de cyclistes au quotidien à Paris, où la cohabitation avec les piétons et les voitures n’est pas simple.

En 2020, le gouvernement britannique avait débloqué 250 millions de livres (environ 425 M$) pour adapter les transports face à l’épidémie, dont une partie dédiée pour créer de nouvelles pistes cyclables et élargir celles existantes.

Dans le même temps, Bruxelles, Berlin, Rome et Barcelone annonçaient la création de dizaines de kilomètres de voies cyclistes supplémentaires.

À VOIR AUSSI...