/sports/opinion/columnists
Navigation

Un meilleur effort, mais une autre défaite

Coup d'oeil sur cet article

Et, ça se poursuit... 0-5 au compteur.

Cependant, une mince consolation. Le Canadien a fourni un effort louable. Il a perdu parce qu’il affrontait une équipe supérieure au niveau du talent, au niveau de l’exécution, au niveau du jeu collectif.

Quand on a les effectifs pour affronter la diversité avec calme et surtout avec confiance inébranlable, on réussit toujours à se défaire d’un rival qui se montre insistant.

Au final, on ne peut pas reprocher aux joueurs du Tricolore de ne pas avoir tenté de sortir du bourbier dans lequel ils sont empêtrés depuis le début de la saison. Méritaient-ils un meilleur sort?

Peut-être?

Voyons quelques événements qui auraient pu changer l’issue de la rencontre. Par exemple le but refusé au début de la première période, Brendan Gallagher ayant créé de l’obstruction à l’endroit de Frederik Andersen.

Avait-on raison de prendre cette décision?

Allez voir. Dans cette ligue, on ne sait plus comment les règlements sont interprétés.

Par contre, il y a eu des opportunités de marquer. Des opportunités créées par un effort plus soutenu, plus intense. Frederik Andersen a été solide. Et quand il n’était pas sollicité, il voyait bien que les joueurs du Canadien rodaient autour de son filet cherchant constamment une rondelle libre.

Le problème : quand une équipe perd ses points de repère, qu’elle a une confiance passablement ébranlée par les événements de ce début de saison, tout est ardu.

Elle est vulnérable dans tous les aspects du jeu.

Et quand tu affrontes une équipe aussi redoutable, aussi bien dirigée que celle des Hurricanes de la Caroline, la moindre erreur aura de lourdes conséquences.

« Ils nous ont fait payer pour nos erreurs. On a payé “cash” a souligné Dominique Ducharme.

Les Hurricanes de la Caroline ont donné un coup dans les flancs de leur rival à chaque fois que le Canadien faisait voir sa très grande vulnérabilité.

Ducharme l’a mentionné : son équipe a pris mauvaises prises de décision dans le territoire défensif, l’exécution a manqué parfois de mordant. Et les Hurricanes n’ont pas refusé des invitations leur permettant d’avoir pleine liberté dans le territoire du Tricolore. C’est une équipe trop puissante pour ne pas faire la fête.

Toutefois, il y a une petite lueur d’espoir. Le Canadien a mieux joué. Brendan Gallagher a tenté l’impossible pour sortir son équipe d’impasse. Plusieurs ont suivi l’exemple de l’ailier sauf que cette attaque est en panne sèche.

Josh Anderson a raté plusieurs opportunités alors qu’il aurait pu marquer deux buts.

Jonathan Drouin est parvenu à s’évader sans réussir à glisser la rondelle entre les jambières de Andersen.

Nick Suzuki?

«C’est un compétiteur, il va s’en sortir, je n’ai pas de doute.»

C’est à espérer.

Cole Caufield? Est-ce inquiétant?

Oui. Il vit une nouvelle expérience, celle qu’un athlète redoute. Soudainement, tu as l’impression que tout ce que tu faisais dans le passé, tout ce qui te permettait de gravir les échelons et d’atteindre des sommets inespérés, tout ça t’a abandonné.

Le jeune homme va s’en sortir par contre le temps presse.

Mercredi, Marc Bergevin affirmait qu’il n’effectuerait pas des modifications au niveau des effectifs pour le plaisir de conclure une transaction.

Cependant il est bien conscient que l’on n’obtient pas un laissez-passer pour les séries éliminatoires, mais tu peux te placer dans une situation délicate.

Et avec un bilan de 0-5, il y a de quoi s’interroger. Cette situation ne peut pas durer.

On cautionne les propos de Dominique Ducharme, le Canadien a compétitionné face aux Hurricanes. Mais ce fut insuffisant. Il a été battu par une équipe redoutable, l’une des meilleures formations de la Ligue nationale.

Avec un tel début de saison, dans les bureaux administratifs, le propriétaire et sa garde rapprochée doivent s’interroger. Encore une fois, jeudi, il y avait près de 2 000 sièges inoccupés.

Ce n’est jamais bon signe.

Surtout pour un marché comme Montréal.

Au fait : Jesperi Kotkaniemi a quitté le Centre Bell avec son sourire familier. Il a marqué, le troisième but de son équipe.

Et Sebastian Aho, que Marc Bergevin a tenté de ravir aux Hurricanes, il y a deux ans, a obtenu trois points.

... au fait, le Canadien a maintenant marqué quatre buts en cinq matchs.