/news/provincial
Navigation

Ville de Lévis: Gilles Lehouillier défend son bilan en transport en commun

«On part de loin», justifie le maire sortant

Le maire sortant de Lévis, Gilles Lehouillier
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Le maire sortant de Lévis, Gilles Lehouillier

Coup d'oeil sur cet article

Gilles Lehouillier ne croit pas avoir négligé le transport collectif même si Lévis est encore à la traîne par rapport aux autres grandes villes en matière d’investissements dans ce secteur.

• À lire aussi: Lévis encore à la traîne pour le financement du transport collectif

Malgré un rattrapage depuis quelques années, Lévis demeure l’administration municipale parmi les 10 plus grandes villes du Québec qui investit le moins par habitant dans sa société de transport en commun, soit 85$ par résident en 2021, rapportait jeudi Le Journal.

À titre de comparaison, la Ville de Québec débourse 221$ par citoyen. Des villes de taille comparable ne font pas bien mieux que Lévis, comme Saguenay (87$ par individu), mais d’autres se démarquent, comme Trois-Rivières (315$ par personne).

«N’oubliez pas qu’on part de loin, de très loin», a réagi le maire sortant de Lévis et candidat à la réélection, jeudi.

Finie, «l’âge de pierre»

«On a doublé notre contribution depuis que je suis à la barre de la ville», a-t-il tenu à rappeler. «On était à l’âge de pierre il y a quelques années, mais là, on passe à la modernité au niveau du transport en commun», plaide-t-il.

Il a ajouté que de nouveaux investissements s’en viennent, comme dans l’implantation de voies réservées sur le boulevard Guillaume-Couture, le déploiement de 57 000 nouvelles heures de service à la STLévis, ou encore l’ajout d’abribus.

«On passe à l’action», mais il faut en même temps «respecter la capacité de payer des contribuables», a-t-il soutenu.

Ceci n’a pas empêché la députée solidaire Catherine Dorion de partager un nouveau commentaire cinglant défavorable à M. Lehouillier sur les réseaux sociaux.

«Pas étonnant qu’on se plaigne autant de congestion routière sur la Rive-Sud», a écrit l’opposante notoire au 3e lien.

Plateformes électorales

Le chef de Lévis Force 10 dévoilait jeudi son programme électoral. L’objectif est de maintenir Lévis «au premier rang» pour la qualité de vie, a expliqué Gilles Lehouillier. Il est en outre question de mise en valeur du fleuve et de ses affluents et de mise à niveau des infrastructures sportives, des thèmes de prédilection pour lui.

Il a, d’autre part, confirmé son intention de réaliser le prolongement du boulevard Étienne-Dallaire à partir de la rue Chateaubriand (en arrière du Canadian Tire) jusqu’à la rue Charles-Rodrigue, et de créer une zone de conservation pour le territoire adossé au quartier résidentiel entre la rue Charles-Rodrigue et le Chemin des Îles, qui est composé de milieux humides.

Le parti adverse, Repensons Lévis, a également présenté sa plateforme électorale, disant entre autres vouloir «développer un leadership» en matière d’économie circulaire et favoriser la participation citoyenne par la création de comités consultatifs avec la jeunesse et les aînés et la mise en place d’assemblées publiques une fois par année dans chacun des arrondissements.

«Notre plateforme est axée sur une meilleure gestion de la ville dans l’ensemble des districts. Mon équipe et moi-même sommes prêts à gouverner la ville», a affirmé le chef et candidat à la mairie Elhadji Mamadou Diarra.

À VOIR AUSSI: