/finance
Navigation

La PCRE aux oubliettes à compter de demain

Le gouvernement fédéral confirme la fin de l’aide mur à mur et le début de programmes de soutien plus ciblés

HEALTH-CORONAVIRUS/CANADA
Photo Reuters La ministre des Finances Chrystia Freeland et le premier ministre Justin Trudeau ont confirmé, hier, la fin de la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE), au départ appelée la Prestation canadienne d’urgence (PCU). Le point de presse s’est tenu à proximité du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, à Ottawa.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | La Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) passera à la trappe demain, samedi 23 octobre, pour faire place à de nouveaux programmes d’aide plus ciblés qui aideront les travailleurs et les entreprises des secteurs les plus vulnérables à se remettre de la pandémie.

• À lire aussi: Qui sera le plus touché par l'inflation?

Programme de relance pour les entreprises les plus durement touchées

Il offrira un soutien aux entreprises de tous les secteurs ayant enregistré une baisse de revenus d’au moins 50 %. L’aide sera versée par l’entremise de programmes de subvention salariale et de subvention pour le loyer. Le taux de subvention ira de 15 à 50 %, selon l’ampleur des pertes, mais ils seront réduits de moitié du 13 mars au 7 mai 2022.

Programme de relance pour le tourisme et l’accueil

Il offrira un soutien aux hôteliers et aux restaurateurs par l’entremise de programmes de subvention salariale et de subvention pour le loyer. Le taux de subvention ira de 40 à 75 %, selon l’ampleur des pertes de revenus. Les hôtels, les restaurants, les bars, les festivals, les agences de voyages, les voyagistes, les centres des congrès et les organisateurs de congrès et de salons professionnels qui ont subi des pertes de revenus d’au moins 40 % sont admissibles. 

  • Écoutez la chronique de Michel Girard au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB Radio:  

Prestation canadienne pour les travailleurs

Elle fournira 300 $ par semaine aux travailleurs touchés par une interruption de travail découlant des ordres de confinement de la santé publique. Elle sera versée à tous les travailleurs qu’ils soient ou non admissibles à l’assurance-emploi. Elle sera toutefois refusée à ceux dont la perte de revenu ou d’emploi découle d’un refus de se faire vacciner.

Ottawa propose de prolonger jusqu’au 7 mai :  

  • La Prestation canadienne de la relance économique pour les proches aidants  
  • La Prestation canadienne de maladie pour la relance économique  
  • Le Programme d’embauche pour la relance économique du Canada    

L’aide d’urgence d’Ottawa en quelques chiffres  

6,9 %

Taux de chômage en septembre, à l’échelle canadienne, un retour au niveau prépandémie

7,4 milliards $

Montant estimé des nouvelles mesures pour la période du 24 octobre au 7 mai

289 milliards $

Sommes dépensées par Ottawa depuis le début de la pandémie pour soutenir les travailleurs et les entreprises

Ce qu’ils ont dit  

« On reconnaît qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs et les gens ont la possibilité de retourner au travail [...] De continuer un appui général n’est pas tout à fait nécessaire pour l’économie »

– Justin Trudeau, premier ministre du Canada

« L’évolution des programmes d’aide vers des mesures ciblées est une excellente nouvelle pour les entreprises des secteurs encore fragilisés par la crise »

– Michel Leblanc, PDG de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

« En réduisant les dépenses liées à la COVID, le fédéral prend sa première action pour indiquer qu’il se préoccupe de notre dette qui dépasse aujourd’hui le billion de dollars »

– Franco Terrazzano, directeur fédéral à la Fédération canadienne des contribuables

À VOIR AUSSI...